Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Lydia Képinski : les contes cruels du Premier juin

L'écoute est terminée

Par
Tony Tremblay

Contes cruels, ritournelles corrosives, tragédies surréalistes serties d’humour noir : c’est en ces termes qu’on pourrait sans doute décrire les huit chansons denses et merveilleuses de Premier juin, le solide et très personnel premier album de la Montréalaise Lydia Képinski.

L’an dernier, cette artiste de 24 ans a remporté les grands honneurs des Francouvertes. Lydia Képinski a convaincu tout le monde avec sa performance pleine de sincérité et d’intensité, et des chansons à la fois accrocheuses, complexes et déconcertantes.

Pour ce premier album, Premier juin, Blaise Borboën-Léonard assure une réalisation précise, parfaitement en phase avec l’univers singulier de Lydia Képinski. Ici, il n'y a pas d’effet de toge, seulement des procédés simples, chaque instrument devenant une sorte d’acteur des contes musicaux que déroule devant nous la talentueuse auteure-compositrice-interprète.

Le monde musical de Lydia Képinski regorge de références assumées, allant du poète symboliste Stéphane Mallarmé (la chanson Les balançoires) jusqu’à Diane Dufresne (la chanson Belmont, saisissante et très réussie). Chaque pièce est finement ciselée, avec une mécanique dramatique précise, les émotions sur le fil du rasoir. Leur structure est complexe, progressive, passant du post-rock à l’électro et chaque texte est superbement écrit et rendu avec conviction. Tant de profondeur chez une artiste si jeune surprend et réjouit. On en redemande.

Lydia Képinski sait écrire des chansons efficaces, à la fois accrocheuses et percutantes. Elle jongle avec des émotions vives et des chansons qui voyagent loin, en équilibre sur le bord du précipice, sans jamais y tomber. En ce sens, Premier juin est un album bouleversant de sincérité et de talent. Voilà une découverte de très fort calibre. À écouter en boucle.

Premier juin (Indépendant) de Lydia Képinski est lancé le 3 avril 2018.