Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Three Rivers : le blues élégant de Jordan Officer

L'écoute est terminée

Par
Ariane Cipriani

Sur son quatrième album solo, le chanteur-guitariste y va d’un blues léger. S’y greffent country, R’n’B et jazz, pour un total de 11 chansons originales.

Le blues se trouve souvent un écrin formidable dans la nuit et la complainte taciturne. Sur Three Rivers, Jordan Officer lui infuse aussi de la lumière et du pur contentement, avec sa retenue habituelle.

Ce musicien n’a nul besoin de pousser fort la note ou d’écorcher sa guitare pour retenir notre attention : son blues nous accroche par sa finesse et ses textures. Jamais il ne s’approprie trop les clichés ou s’approprie les douleurs formatrices de cette musique du Sud des États-Unis.

Le Montréalais bénéficie à nouveau du dévouement du batteur Charley Drayton (collaborateur sur son deuxième disque solo, I’m Free), à qui il confie la réalisation du disque : « C’est la première fois que je me suis mis dans cette position, d’avoir quelqu’un qui se charge de la réalisation d’un de mes albums. J’ai tellement été habitué à être mon propre réalisateur. C’était un beau luxe [de faire appel à Drayton] », explique le musicien de blues.

Drayton, dont la feuille de route inspire un grand respect, a collaboré notamment avec Miles Davis, Bob Dylan, Johnny Cash, Paul Simon, Neil Young et, plus récemment, Keith Richards. Un autre complice s’est joint à eux pour mener à bien ce Three Rivers : le bassiste new-yorkais Zev Katz, qui a pour sa part côtoyé notamment Aretha Franklin, Elvis Costello et Suzanne Vega.

Ensemble, ils ont peaufiné chaque composition jusque dans ses moindres détails, loin du côté brut habituellement accolé au blues.

En ouverture, Your Body’s My Home propose un blues estival, plus plage que bayou, aux allures rétro et à la voix doublée. Le gospel Felt So Good ajoute son épaisseur à l’ensemble. Jordan Officer prend aussi le violon, qu’il joue plaintivement, le temps de la sensuelle Just to Be with You. Puis, c’est le retour à la joie avec les claps de la country Found It All.

Vous aimerez aussi :
La webradio Blues
La webradio Apéro
Le documentaire intercatif Jazz Petite-Bourgogne

Autre aspect important de cette nouvelle production : l’apport de l’ingénieur de son Tim Hatfield, propriétaire du studio Cowboy de Brooklyn. « Le plus impressionnant, c’était ses oreilles, et dès le début, avec ses prises de son, il y avait un univers qui était créé. C’était un environnement inspirant pour Charley et moi dans notre création », raconte l’artiste.

Quand il accompagnait avec brio la chanteuse Susie Arioli, on ne savait rien de la voix vulnérable de Jordan Officer et de l’étendue de ses talents en matière de blues. Dix ans et quatre disques solos plus tard, il se plaît encore à y ajouter avec élégance des teintes douces.