Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Ravel et Debussy : contrastes impressionnistes de Blake Pouliot

L'écoute est terminée

Par
Daniel Vincent

Gagnant du Concours OSM Manuvie en 2016, le violoniste canadien Blake Pouliot est d’ores et déjà reconnu comme un virtuose à l’échelle du pays. Étoile montante sur la scène internationale, le Torontois de 23 ans débarque enfin avec son premier enregistrement, Ravel-Debussy : sonates, pour le compte de la maison Analekta.

Accompagné de la pianiste Hsin-I Huang, il nous propose deux sonates pour violon et piano, de Maurice Ravel et de Claude Debussy. Composées tout au début du 20e siècle, à quelques années d’intervalle, elles illustrent la vision bien différente qu’avait chacun des compositeurs du mariage entre le violon et le piano dans la forme sonate. Alors que pour Ravel, les deux instruments sont « essentiellement incompatibles », ils deviennent de très bons amis, voire des amoureux fusionnels, sous la plume de Debussy.

En 1923, Ravel est en dépression lorsqu’il entreprend la composition de ce qui deviendra sa Sonate pour violon et piano no 2 en sol majeur. Il lui faudra 4 ans pour mener son travail à terme. Dans l’intervalle, il compose sa pièce Tzigane, proposée ici en ouverture de programme. Avec son phrasé fluide, où tout lui semble si facile, Blake Pouliot provoque et souligne les contrastes aux accents jazz, présents dans la musique de Ravel.

Cette fluidité sert aussi grandement l’interprète dans la musique, souvent lumineuse et quasi flottante, de Claude Debussy. Terminée en 1917, quelques mois seulement avant la mort du compositeur, la Sonate pour violon et piano no 3 CD 148 est à la fois la dernière composition majeure du grand maître de la musique moderne française et la dernière qu’il présente en concert.

C’est avec la magnifique pièce Beau soir, écrite en 1891 par Claude Debussy, sur un poème de Paul Bourget et transcrite ici pour le violon et le piano, que le duo Pouliot/Huang conclut ce programme tout en nuances. Le timbre riche et très présent, l’aisance et le jeu voluptueux de Pouliot, lié à la finesse et la précision du doigté de Hsin-I Huang, font de ce disque un voyage tout en douceur et en beauté, au cœur d’une époque teintée par la guerre et l'espoir, l’ombre et la lumière.

Vous aimerez également :

Le sacre du printemps par deux grands prêtres du piano mondial : Marc-André Hamelin et Leif Ove Andsnes

Notre webradio Debussy

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!