Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Liqueur, de Fanny Bloom : du bel électro-pop doux-amer

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

Fanny Bloom est de retour moins d’un an après la parution d’un album florilège, comme si elle avait senti le besoin de marquer, symboliquement, la fin d’une période dans sa carrière. Voici ce que j’étais, semblait-elle dire, allons donc voir où j’en suis.

Puis voilà qu’arrive Liqueur, son troisième disque post-La patère rose (sa première formation), qui nous permet de dire que voici, enfin, cet album qui fait office de chaînon manquant dans ce qui nous est offert en musique pop ces jours-ci. Fanny Bloom réussit l’exercice sans rupture de ton, sans briser ou renier son parcours.

Au menu de cette Liqueur pas trop sucrée, on peut entendre un électro-pop doux-amer, sur ce ton faussement optimiste sous lequel il est possible d’entendre le cynisme de la souffrance amoureuse. Ce n’est pas parce qu’on tape du pied que c’est drôle. Un peu au milieu de tout ça, il y a cette belle Lily, une chanson piano et voix qui n’est pas sans rappeler les premiers essais musicaux de Bloom.

La chanteuse récolte, dans cette belle progression musicale, les fruits de la fidélité alors qu’elle travaille, plus ou moins, avec les mêmes collaborateurs depuis ses débuts. Pensons à Thomas Hébert et à Julien Harbec (Valaire), ou à Étienne Dupuis-Cloutier qui réalise ici la pièce Sous les néons. Karim Ouellet, quant à lui, a été invité à chanter sur Nos cœurs.

Il y avait chez Fanny Bloom, depuis le premier album de La patère rose, paru en 2009, un côté ingénu pas tout à fait assumé, qui nous donnait l’impression, malgré le grand talent de l’artiste, qu’elle n’avait pas de direction totalement claire. Toutefois, on sentait le processus de recherche et cela était assez pour lui pardonner quelques petits errements.

Située quelque part entre Mitsou et Kate Bush (oui, ça se peut), Fanny Bloom est maintenant en pleine maîtrise de son art et c’est tant mieux pour nous. Parce que la pop intelligente et sexy de la chanteuse, lorsqu’elle excelle, occupe une place rare dans le panorama musical québécois. Eh bien, voilà, on sait maintenant à qui l'on a affaire et ce n’est pas déplaisant du tout de la voir aller!

Du beau travail!