Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Séba et Horg revendiquent leur côté « vintage à l'os » sur Grosso-Modo

L'écoute est terminée

Par
Sébastien Tétrault

Le duo dynamique à l'origine du succès viral de l'heure Vintage à l'os a beau être nouveau, il est formé de deux vétérans de la scène hip-hop montréalaise. Le rappeur Seba s'est fait connaître au milieu des années 2000 au sein du groupe Gatineau, tandis que le réalisateur et DJ Horg, fidèle complice de Samian, a collaboré avec des dizaines artistes au cours des deux dernières décennies. Réunis pour la première fois au sein du même groupe, ces deux amis de longue date offrent un bouquet de morceaux francs et joyeux, qui reflètent leur amour du rap des années 90.

D'entrée de jeu, sur la pièce-titre, Seba et Horg présentent clairement leur programme, qui consiste à faire du rap « pour les gens normaux » sans se prendre trop au sérieux. Cet objectif semble atteint lorsqu'on écoute Vintage à l'os, cet hommage délirant aux années 80, qui constitue le morceau phare de l'album. Dans cet exercice de style réussi, Séba énumère à un rythme effréné des références à une époque révolue, où les enfants s'appelaient « Mélanie ou bien Éric » et jouaient encore dehors avant l'heure du souper... Toutefois, aussi inspirés soient-ils par l'ère pré-Internet, Seba et Horg évitent de flirter trop longtemps avec la nostalgie. La vie quotidienne dans la grande ville leur fournit quantité de sujets à traiter en musique avec l'humour qui les caractérise.

Suivant la formule classique du MC et du DJ (même si ce dernier s'empare à quelques reprises du micro), Seba et Horg proposent un rap à l'ancienne, dont l'esthétique rappelle celle de l'âge d'or du hip-hop. La réalisation, signée Horg, est riche en échantillons croustillants, en basses sonores et en percussions lourdes et cinglantes. De plus, le DJ émérite ne se montre pas avare de scratchs, ce qui rehausse la facture old school de l'ensemble. Les amateurs de Gatineau et tous ceux qui l'ont suivi alors qu'il était au sein de la formation Cargo Culte connaissent déjà toute l'énergie que Seba peut déployer au micro. Il se montre ici fidèle à lui-même, toujours aussi articulé, quoique plus posé.

Attrapant l'auditeur par l'épaule, comme on le ferait avec un vieux chum, Seba traite de sujets légers et privilégie la caricature plutôt que le réquisitoire. Qu'il se moque d'un cycliste du dimanche sur Han han ou qu'il décrive un interminable trajet en autobus sur 45 Papineau, il conserve le même sens de l’humour, parfois caustique, mais jamais cynique. En verve, il va même jusqu'à décrire une sortie à la cabane à sucre sur Tamdilidididam et, sur la bien titrée Rivière-du-loop, professer son amour des kiosques à patates sur les bords d'autoroute, qui le nourrissent en tournée. Enfin, il faut souligner la présence de l'expérimenté rappeur C-Drik sur Ma voisine du bas, où ce dernier vient compléter l'hilarant portrait d'une voisine malcommode qui n'aime pas le hip-hop.

Collaboration sincère, Grosso-Modo tombe à point nommé en insufflant une dose de chaleur humaine au cœur de l'hiver. Si Seba et Horg donnent par moments l'impression d'étirer un peu la sauce (comme sur Énergy drink), ils relèvent néanmoins le défi de faire du rap léger et sans prétention sur des trames étoffées qui exigent l'approbation des puristes. Le duo rappelle ainsi qu'il est possible de créer un hip-hop divertissant tout en respectant la culture et sans sombrer dans la parodie.

Vous aimerez aussi:

Fermeture du Divan Orange : de l'importance des petites salles

Et la webradio Incontournable hip-hop.

Enfin, n'hésitez pas à consulter la page « MySpace » du duo!