Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Philippe Herreweghe fait pétiller Schubert!

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le chef Philippe Herreweghe (prononcer Ère-Vègue), avec l’Orchestre symphonique d’Anvers, vient de sortir Franz Schubert : Symphonies nos. 2 & 5, un album où la musique du compositeur viennois pétille, crépite, virevolte, tournoie et tourbillonne. Du bonheur pur en ce mois de février gris et frisquet qui nous impose son étreinte hivernale intimidante.

Un trésor oublié et méconnu

Deux symphonies aux destins bien différents sont interprétées sur cet album. D’abord la Symphonie no 2 en si bémol majeur, D. 125, œuvre méconnue au point où elle ne fut jouée pour la première fois que presque 50 ans après le décès de Schubert!

On l’imaginait fade, parce qu’écrite par un tout jeune homme encore dans l’ombre de Mozart et de Beethoven. Et pourtant! S’il y a bien l’aisance mélodique mozartienne, ainsi que la fougue et la puissance beethovénienne, il y a surtout un fabuleux don expressif. Celui d’un jeune surdoué capable de s’imprégner du meilleur de ses collègues et prédécesseurs en composition, mais aussi très habile à s’inventer un univers personnel unique et puissamment évocateur.

Herreweghe jette sur cette partition pimpante de vie et de lumière un éclairage franc qui ne dénude pas la musique, mais la révèle plutôt dans ses nuances subtiles. Les tempos adoptés sont vifs, ce qui énergise adéquatement la partition.

L’esprit d’Amadeus

La deuxième œuvre au programme est l’une des symphonies de Schubert préférées par le public. La Symphonie no 5 en si bémol majeur, D. 485 est comme un hommage à peine voilé au génie de Mozart. Comme si l’esprit d’Amadeus avait dicté au jeune Franz les notes à écrire.

Bien entendu, aucune impression de pastiche ou de pâle copie. Nous sommes dans l’évocation, dans la filiation intimement ressentie et exprimée, de façon originale et personnelle.

Encore une fois, Herreweghe insuffle aux musiciens d’Anvers en Belgique une impulsion tonifiante. On aurait apprécié des tempos plus pétulants, voire espiègles. Mais je chipote. La musique respire naturellement, et la prise de son est très belle.

Vous aimerez également :

La webradio Beethoven

Vous aimerez également :

La webradio Mozart

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!