Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Rooftop Jazz, de Chantale Gagné : au sommet du talent

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

Il y a de ces musiciens dont on peut constater , à l’oreille nue, la progression au fil des albums. Ils gagnent en précision dans le jeu ou sentent de moins en moins le besoin d’enrober leur proposition musicale dans le but d’en masquer les imperfections. C’est exactement le cas de la pianiste Chantale Gagné, qui, avec ce quatrième album, intitulé Rooftop Jazz, démontre qu’elle n’a plus peur de se montrer telle qu’elle est, une pianiste douée autant dans le groove que dans la finesse.

D’emblée, il serait difficile pour elle de faire autrement puisque pour ses précédents albums, elle proposait soit une formule trio ou quatuor, alors qu’ici, elle est seule au piano. Enregistré au Steinway Hall, de New York, Rooftop Jazz nous offre donc un éventail des qualités pianistiques de Chantale Gagné, que cela soit sur ses propres compositions, majoritaires sur l’album, ou les quelques reprises qu’elle se permet.

Stanley Péan s'entretient avec Chantale Gagné

Quand le jazz est là

Audio

À cet égard, il est bon de mentionner que si sa relecture de la traditionnelle Scarborough Fair est juste, même si elle détonne un peu dans l’ensemble, c’est sur Bill Bailey, Won't You Please Come Home, un standard écrit en 1902 par Hughie Cannon, que la pianiste démontre le mieux l’ampleur de son jeu. Gagné se permet alors de moderniser la pièce avec brio, sans en renier les origines dixie.

Au final, la Révélation Radio-Canada 2008-2009 mature bien et démontre que si le talent brut est essentiel à la création, le mûrissement l’est tout autant. Bien heureux de voir que Chantale Gagné possède ses deux qualités.