Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Deux nouveaux quatuors de Philip Glass par Brooklyn Rider!

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le quatuor à cordes Brooklyn Rider (j’adore ce nom) enregistre pour la première fois deux nouveaux quatuors de Philip Glass, les numéros 6 et 7. Après les mythiques 5 premiers opus du compositeur américain, ces deux partitions écrites en 2013 et 2014 attendaient leur première gravure, que voici sur l’album Glass: String Quartets nos. 6 and 7. Tous les glassophiles du monde sont en liesse!

Le Quatuor à cordes no 6 est celui des deux qui s’éloigne le plus des standards glassiens habituels. Il présente des tournures harmoniques plus sombres, et parfois grinçantes, des pulsations plus hachurées et moins linéaires, comme si Glass se laissait imprégner par un certain modernisme qu’il avait rejeté (et dont il est devenu l’antithèse dans la culture générale). L’ensemble laisse une impression d’urgence et de nervosité que l’on n’associe pas (du moins pas ainsi) avec ce compositeur. Les contrastes suscitent des surprises qui colorent l’œuvre d’une aura d’imprévisibilité fascinante. Probablement l’opus le plus sophistiqué de tout le corpus des quatuors de Glass.

Le Quatuor no 7, au contraire, est plus serein, baignant dans une atmosphère calme et un peu vague à l’âme. Comme un contrepoint apaisant après le tumulte du précédent.

Un arrangement du Concerto pour quatuor de saxophones et orchestrecomplète le programme de belle façon, avec une partition digne du Glass lyrique et cinématographique.

L’ensemble Brooklyn Rider, que le magazine Stringsa qualifié « d’avenir de la musique de chambre », semble plus qu’heureux de jouer cette musique. Leur plaisir est contagieux.

Vous aimerez également :

La webradio contemporaine

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!