Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Diana Panton : les saisons passent, la voix reste

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

Deux ans nous séparent de I Believe in Little Things, de Diana Panton, pour lequel elle a reçu deux prix Juno, alors qu’elle lance cet automne Solstice / Equinox, un album dont le thème est le passage des saisons.

Ce huitième album en près de 12 ans est, encore une fois, totalement à l’image de la chanteuse canadienne : lumineux et dans le ton. Portée par sa voix juste, à la tonalité qui n’est pas sans évoquer celle de Blossom Dearie, Panton fouille dans le répertoire jazz vocal pour créer une collection cohérente de chansons dont les thèmes évoquent les ambiances saisonnières, sans tomber dans l’album concept. En ce sens, rien ne paraît forcé, et la justesse des arrangements, en concordance avec l’interprétation de Diana Panton, crée un fil conducteur qui donne une cohérence à l’ensemble, qui se laisse facilement écouter d’une traite.

Si ce répertoire n’offre rien de particulièrement audacieux, on peut noter deux très bonnes interprétations en français : La fin des vacances, d’Henri Salvador, et Septembre (quel joli temps), popularisée par la grande Barbara. De plus, Panton retrouve avec bonheur ‘Tis Autumn, chantée originalement par Nat King Cole et qui occupe une place particulière dans l’histoire de la chanteuse, puisque c’est la première chanson qu’elle a interprétée sur scène.

Pour s’accompagner, Diana Panton s’est monté un groupe tout étoile qui met en vedette le saxophoniste Phil Dwyer, le pianiste Don Thompson et le trompettiste Guido Basso, tous trois membres de l’Ordre du Canada. Et pour couronner le tout, elle s’est adjoint les services du guitariste Reg Schwager, quatre fois lauréat du prix du guitariste de l’année remis aux National Jazz Awards. Tous les ingrédients sont donc présents pour faire de Solstice / Equinox un album qui peut, paradoxalement, être à la fois aussi réconfortant qu’une tasse de chocolat chaud l’hiver, et aussi rafraîchissant qu’un grand verre de thé glacé l’été.