Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Carla Bruni : retrouver sa touche

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

Cela faisait quand même quatre ans que Carla Bruni n’avait pas fait paraître de nouvel album. L’ex-première dame de France s’était faite plutôt discrète aussi durant la présidence de son mari, Nicholas Sarkozy, ayant dû mettre sa carrière de chanteuse un tout petit peu entre parenthèses. Ce nouvel album, French Touch, marque donc un retour à la chanson, particulièrement à l’interprétation, puisque vous n’y trouverez que des reprises.

L’invitation à faire cet album est venue du producteur canadien David Foster (collaborateur de Céline Dion, d’Alice Cooper et de Madonna, entre autres), qui voulait peut-être effacer le mauvais souvenir de son dernier album de reprises, le Wallflower (plus ou moins bien reçu) de Diana Krall. Ici, la chimie opère beaucoup mieux, alors que le répertoire choisi colle peut-être un peu mieux à Bruni. Et lorsqu’il y a contre-emploi, c’est fait de manière à offrir une lecture différente, mais quand même pertinente, de la chanson.

Évidemment, on demeure en territoire connu en ce qui a trait à la production. Guitare acoustique, accordéon, violons enveloppants et cette voix sensuelle à la limite, parfois, du chuchotement, seront toujours la marque de commerce de Bruni. Cela fonctionne très bien pour des titres comme la surprenante Enjoy the Silence, de Depeche Mode, qui ouvre l’album. Miss You, des Rolling Stones, devient tout à fait charmante avec ces nouveaux arrangements, alors que Jimmy Jazz, des Clash, nous rappelle qu’il y a effectivement le mot jazz dans le titre.

Petit bémol, par contre, pour la relecture de Perfect Day, de Lou Reed, qui perd de sa pertinence en raison de cet accordéon un peu musette qui ramène la chanson à son tout premier degré et qui nous fait oublier qu’elle parle de dépendance à l’héroïne. Sinon, pour le reste, c’est un album réussi et réconfortant. Une façon qui peut sembler un peu simple pour Carla Bruni de marquer son retour, mais, parfois, simplicité ne rime pas nécessairement avec facilité.