Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Bonsoir shérif : le coup de poing de Keith Kouna à la gueule du monde

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Écouter Bonsoir shérif, le nouveau disque de Keith Kouna, avant 9 h, un lundi matin, fait l’effet de deux cafés noirs ou même d’un (bon) coup de pied au derrière. Après Les années monsieur (2008), Du plaisir et des bombes (2012) et Le voyage d'hiver (2013), Kouna délaisse à nouveau ses Goules le temps d’une autre virée en solo où il nous passe dans la farine avant de nous saisir à feu vif dans une poêle en fonte.

D’ailleurs, le musicien ne se tient jamais très loin des Goules. Il frappe à la gueule du monde avec une musique punk rock trash qui s’apparente à celle de sa formation. Même quand l’on croit, à l’amorce d’une pièce, que celle-ci sera plus douce (Congo, Pays), il la termine dans une sorte d’euphorie musicale.

Seules Doubidou et Berceuse se rapprochent de la ballade. Toutefois, avec Kouna, un air de ballade dans le son ne signifie pas que l’on va parler des hirondelles, des feuilles mortes ou encore d’une peine d’amour en forme de flaque d’eau sur l’avenue du Mont-Royal. Il reste toujours dans l’analyse sociale, la plume bien aiguisée.

« Doux bidous bidous / On en est fou / On se flingue / On s’arme / On tue / Et on crève / Pour tous ces doux bidous » – Doubidou

Il s’agit d’un musicien qui fait preuve de toute la liberté créatrice que le mot « artiste » évoque. À la manière d’un filtre, il passe la société dans sa poésie et ses musiques avant de nous balancer sa vision. Un tableau plutôt sombre, tout à fait lucide, sans lunettes roses, auquel l’auteur-compositeur-interprète nous a habitués depuis le début de sa carrière.

« Voilà les stands à patates / Et les loteries / Voilà la camelote / Et les friandises / Voilà les marchands de sable / Et les autruches / Voilà les bons citoyens / Dans la ruche / Voilà les vaches / Et toute la ménagerie » – Les vaches

On a besoin de Kouna. De ce type d’éveilleurs de conscience. De ce majeur levé à la face de la bêtise tranquille, un lundi matin d’automne, pour bien nous sonner. S'ouvrir ensuite un peu les yeux, pour ne pas nous endormir à jamais, bien écrasés dans un sofa acheté à crédit.

Bonsoir shérif : les trois pièces favorites de l’auteur de ces lignes

  • Poupée
  • Vaches
  • Shérif

Découvrez d’autres albums en écoute intégrale

Écoutez notre webradio :

Musique pour se détacher les cheveux et secouer la tête. La dose recommandée de punk rock pour rester en bonne santé.

Les Breastfeeders, Ponctuation, Panache, Vulgaires machins, Sprates, Le volume était au maximum, Les Fidel Castrol, Les marmottes aplaties, WD-40, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.