Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Whitehorse : minou rock et poupée pop
L'écoute est terminée
Mélissa McClelland, Luc Doucet WHITEHORSE : PANTHER IN THE DOLLHOUSE
  1. EPITAPH IN TONGUES
  2. BOYS LIKE YOU
  3. DIE ALONE
  4. TROPHY WIFE
  5. PINK KIMONO
  6. KICKING DOWN YOUR DOOR
  7. GRACIE
  8. I CAN'T TAKE YOU WITH ME (CHARLENE'S THEME)
  9. NIGHTHAWKS
  10. MANITOBA DEATH STAR

Date de publication

07 juil. 2017

Genres

Par
Claudia Beaumont

Quelques saisons après les errances passionnées de Leave No Bridge Unburned (2015), le duo (et couple) formé de Luc Doucet et Mélissa McClelland s’amène avec un nouvel enregistrement au titre tout aussi intrigant que celui de l’album précédent : Panther in the Dollhouse. Ce beau félin à fourrure rose évoque, avec grâce et mordant, l’étrange dualité entre nos idéaux (la maison de poupées) et notre nature sauvage (la panthère), capable de tout foutre en l’air d’un coup de patte.


Rock raffiné et dégriffé

Ce qui frappe à la première écoute, ce sont les nouveaux contours pop de la production musicale de l’album. L’introduction de synthétiseurs et d’autres instruments électroniques y est bien sûr pour quelque chose, enrobant comme par magie la guitare twang d’une aura scintillante et sans poussière. Après avoir joué les fugitifs dans le Far West, le couple a de toute évidence décidé de poser ses valises en ville.

Moins jubilatoire que la précédente offrande du groupe, Panther In The Dollhouse n’en demeure pas moins une réalisation de grande qualité, avec du rythme et de l’allant. Les tourtereaux ont fait appel aux mêmes réalisateurs qu’en 2015, Gus Van Go et Werner F, qui avaient déjà démontré leur capacité à élargir le territoire sonore de Whitehorse. À cette équipe s’ajoutent ici les faiseurs de sons (beatmakers) Linkeminds (Kanye West/Snoop Dog), qui tapissent les chansons d’une atmosphère nocturne, foisonnante de personnages à la dérive.

C’est une fois de plus une réussite pour Whitehorse, mais certains regretteront peut-être le folk rock sauvage des débuts. Et tant pis, dirions-nous, car la musique, eh bien, ça évolue!

Vous aimerez également :

- Matt Holubowski chante Folly of Pretending

- Nos webradios d’été

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.