Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Ilya Gringolts - Adams and Korngold : quand un et un font un

L'écoute est terminée

Par
Daniel Vincent

L'étoile russe Ilya Gringolts, violoniste extraordinaire, propose avec ce nouvel enregistrement, deux concertos pour violon marquants du 20e siècle. Le Concerto pour violon en ré majeur, op. 35 de l'Autrichien, naturalisé Américain, Erich Wolfgang Korngold, créé en 1947, et une composition de 1993, le Concerto pour violon de l'Américain John Adams.

Souvent reconnu comme un des plus importants représentants du groupe des minimalistes américains avec Steve Reich et Philip Glass, John Adams rejette néanmoins cette étiquette. Tout comme il rejette le dodécaphonisme, encore grandement privilégié par l’élite musicale. Il se dit plutôt à la recherche d'une séquence mélodique profonde et intense qui serait en perpétuel mouvement. C'est selon cette approche qu'il compose son Concerto pour violon. Durant les trois mouvements, l'orchestre et le soliste nous convient à un match sans fin, s’échangeant inlassablement cette mélodie en constante évolution. L’œuvre en elle-même est un véritable tour de force pour le violoniste, qui demeure omniprésent, du début à la fin du concerto. Le jeu assuré d'Ilya Gringolts nous fait presque oublier cet aspect, tellement tout lui semble facile.

À l’opposé du spectre, Gringolts propose l'« hypermélodique » et beaucoup plus convenu Concerto pour violon en ré majeur, op. 35 d'Erich Wolfgang Korngold, qualifié par le compositeur comme « s'adressant plutôt à un Caruso du violon qu'à un Paganini tellement l’œuvre est débordante de mélodies et de lyrisme ». Ayant marqué le monde de la musique de film aux États-Unis durant les années 30 et 40, Korngold rejette lui aussi la composition atonale, en vogue en son temps. Il préfère au contraire se concentrer sur la mélodie. D'ailleurs, des thèmes de ses musiques de film viennent ponctuer son concerto pour violon. Malgré un accueil froid de la critique lors de sa création, cette œuvre demeure une des plus jouées de Korngold.

Riche en émotions et rendu par un violoniste capable de haute voltige, ce disque saura vous transporter à travers ces deux univers, normalement diamétralement opposés sur le plan esthétique, mais ne formant qu’un sous l’archet virtuose d’Ilya Gringolts.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!