Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Beatrice Rana : impressionnantes Variations Goldberg à 24 ans seulement!

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La pianiste italienne Beatrice (prononcer BéatriTCHÉ) Rana avait ébloui les Montréalais lors de l’édition piano du Concours musical international de Montréal (CMIM) en 2011. Elle avait remporté plusieurs prix, dont le Grand Prix du Concours et le Prix du public. On ne s’était pas trompé : elle fait depuis une carrière internationale de très haut niveau. Elle a sorti récemment un enregistrement épatant des Variations Goldberg, de Bach, un témoignage puissant de la place désormais privilégiée que la jeune femme occupe dans le monde du piano classique.


À écouter aussi :

Si la musique était une religion, Bach en serait le dieu père. C'est ce que plusieurs disent. Une webradio en son honneur ne peut donc qu'être littéralement divine! Rien que des chefs-d'oeuvre, de la Toccate en ré mineur aux Suites pour violoncelle en passant par les Cantates et les Concertos brandebourgeois.

Glenn Gould, Phlippe Herreweghe, Bernard Lagacé, Pieter Wispelwey, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.


Certains n’hésitent pas à lui octroyer le titre de grande dame du piano, déjà, à l’âge vénérable de… 24 ans. C’est dire. Ses Variations sont impressionnantes de subtilités, de liberté savamment maîtrisée, de puissance tactile aussi, ressentie ici et là par l’auditeur. Bien entendu, ce n’est pas le genre de musique à ouvrir la porte au « tapochage ». Heureusement, et tout aussi heureusement que Beatrice n’use pas de cette possibilité. Toutefois, on sent cette force, cette sonorité potentiellement imposante, qui couve sous l’expressivité de la jeune femme. Cela nous donne des passages empreints d’une merveilleuse poésie, desquels émane un sentiment de plénitude sonore bienfaisant.

Parce qu’elle a cette puissance en elle (je l’ai entendue interpréter du Rachmaninov : oh là là, quelle autorité elle avait!), mais qu'elle sait la retenir et la calibrer à la perfection, tout en faisant preuve d’un fin doigté et d’une clarté d’articulation remarquables, ses Goldberg se parent d’une ampleur qui meuble tout l’espace disponible. Très impressionnant.

Le CMIM 2017 – édition piano s’amorce le 2 mai et se poursuit jusqu’au 17 mai. Aurons-nous la main aussi heureuse qu’en 2011? En tout cas, ça donne le goût d’y aller et de participer au vote du public!

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?