Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

The Franklin Electric : la grande séduction

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Après leur impressionnant premier album, This Is How I Let You Down, paru une première fois sous étiquette indépendante en 2012 et ressorti par les Disques Indica deux ans plus tard, voilà que Jon Matte et sa bande reviennent avec Blue Ceilings.

Pour le mélomane, le bonheur d’entrer dans un univers musical riche comme celui de The Franklin Electric est immense, de découvrir les pièces une à une, attentivement, en écoutant comment le groupe arrive à sculpter de la musique comme d’autres sculptent la matière.
Les gars ne laissent rien au hasard, mélangeant avec doigté leurs instruments pour créer un son indéfinissable. Quelque part entre le rock, l’alternatif, l’indie et le folk.

La première décharge électrique de Blue Ceilings arrive au septième titre de l’album. So Far est une pièce habilement construite. La guitare acoustique douce d’Alexis Messier et la voix délicate de Jon Matte se font rejoindre par la batterie et le piano à la quarante-cinquième seconde. Un crescendo ouvre du coup sur la grande humanité de cet album.

Un frisson est installé. D’agréables émotions nous habitent et ne nous quittent plus. C’est à ce moment que le jeu de la séduction de The Franklin Electric commence. Si quelque chose nous avait échappé en début d’écoute, il sera dorénavant impossible de ne pas y revenir.

La chanson Resistance frappe fort. Un rock vivant, non pas trop bruyant, comme tout le reste de ce deuxième opus. L’album, aussi complexe musicalement soit-il, se termine par une magnifique pièce instrumentale au piano (Blue Ceilings Outro). C’est le calme, avant de revenir à la tempête.

Blue Ceilings donne envie de prendre la route, fenêtres baissées. Un disque de voyage intérieur et extérieur qui sème l’idée de faire exploser les toits au-dessus de notre tête tout en en installant un au-dessus de notre coeur. Continuer le chemin plus aisément, des musiques comme celles The Franklin Electric dans les oreilles.


Regardez le vidéoclip de la pièce I Know the Feeling :

Autres albums en écoute intégrale