Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Grand Prix, de Benjamin Biolay : un virage bien négocié

L'écoute se termine aujourd'hui

Par
Mathieu Valiquette

C’est un film culte de 1996 du réalisateur John Frankenheimer intitulé Grand Prix qui a inspiré le titre du neuvième album de Benjamin Biolay. Si l’imagerie de la course automobile traverse l’album, c’est surtout un parfum mélancolique et nostalgique qui s’échappe du tuyau de ces 13 nouvelles pièces, pourtant assez festives par moment.

Plus festives que sur le diptyque argentin Palermo Hollywood/Volver, que le chanteur français avait lancé coup sur coup en 2016 et 2017, sur lesquels l’instrumentation délicate et empreinte de douceur latine était de mise. Sur Grand Prix, Biolay renoue avec une approche plus près de la chanson pop, voire du rock.

Il y a d’abord eu l’excellent simple Comment est ta peine?, sorti en avril dernier et qui, par un habile tour de passe-passe, nous fait oublier qu’il s’agit en fait d’une chanson dance, tellement le refrain est puissant. Surtout dans le contexte du printemps 2020 :

Faut pas qu’on s’entraîne
À toucher le bas
Il faudrait qu’on apprenne
À vivre avec ça
Comment est ta peine?
La mienne s’en vient, s’en va

Ceux qui le suivent sur les réseaux sociaux le savent, Benjamin Biolay a un faible pour la pop britannique et la musique britannique en général. Grand Prix est sans doute l’album de sa discographie où ces influences se font le plus sentir. L’électro nostalgique de New Order sur Visage pâle, le dynamisme d’Arctic Monkeys sur Idéogrammes, le panache de Pulp sur Papillon noir ou encore l’interlude instrumental Virtual Safety Car, qui fait se rencontrer Blur et Georgio Moroder, en témoignent.

La facette romantique et plus classique du dandy ténébreux n’est jamais bien loin et nous attend toujours après la courbe. L’élégante ballade Vendredi 12 et son ambiance de film noir nous ramène le Biolay mystérieux et crooner. Sur La roue tourne, il est désarmant de vulnérabilité, exposant ses failles et ses limites, tandis que Ma route est un très sympathique bilan du mitan de sa vie.

Même si Biolay n’avait pas quitté la scène musicale depuis très longtemps, son Grand Prix est un album qui a des allures de grand retour pour le musicien. Ces nouvelles chansons démontrent que Benjamin Biolay a encore beaucoup de carburant dans le réservoir.

Découvrez tous les autres albums en écoutes intégrales

Les amours modernes

Découvrez le romantisme aux couleurs pop du 21e siècle. Sujet inépuisable et central abordé en musique depuis toujours, voici l'amour rêvé, réel, heureux ou déchu, chanté au présent par cette nouvelle génération qui manie aussi bien les cordes que les sonorités électroniques et l'échantillonnage.

Hubert Lenoir, Juliette Armanet, Fanny Bloom, Pierre Lapointe Vendredi sur Mer, David Giguère, Men I Trust, Jimmy Hunt, Charlotte Cardin, Yann Perreau, etc. 

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.