Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Shadow Offering, de Braids : le feu de tous les frissons

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Si le nom de Raphaelle Standell-Preston ne vous est pas familier, sans doute n’avez-vous jamais entendu sa voix non plus. Arrêtez tout et plongez dès maintenant dans l’écoute de Shadow Offering, le quatrième album de la formation montréalaise Braids. La chanteuse offre ici une fabuleuse démonstration des nombreuses nuances et éclats de son extraordinaire voix. Frissons garantis.


Vidéoclip : Just Let Me
Réalisation : Raphaelle Standell-Preston et Derek Branscombe


La palette d’émotions que Standell-Preston parvient à faire passer dans son chant est tout à fait exceptionnelle. Puis, autour d’elle, les rythmes électros-pop riches, aux nombreuses textures, de ses deux complices Austin Tufts et Taylor Smiths offrent des vibrations musicales extrêmement puissantes. Braids démontre toute la force et l’universalité de la musique. Nul besoin de comprendre l’anglais pour que l’âme et le cœur soient ébranlés.


Vidéoclip : Snow Angel
Réalisation : Kevan Funk


Shadow Offering, mes trois pièces favorites :

  • Just Let Me
  • Fear Of Men
  • Young Buck

Vocalement, dans les notes aiguës et avec cette manière de nous faire passer de la rage à l’émerveillement, elle nous fait parfois penser à Kate Bush. Sur Shadow Offering, il est beaucoup question d’amour. Celui qui nous échappe, qui se brise et qui se transforme en gouffre profond entre deux personnes, qui pourtant se sont enlacées si tendrement il n’y a pas si longtemps. À propos de la magnifique pièce Just Let Me, Raphaelle Standell-Preston explique : « La chanson pose la question universelle à laquelle tant de relations sont confrontées en cours de route : où est passé notre amour? »


Vidéoclip : Young Buck
Réalisation : Kevin Calero


Une sorte d’intensité douce-amère émane des neuf pièces. Fabuleusement pop, mais bénéficiant d’une structure à la fois complexe, les chansons nous transportent dans une sorte de valse poétique. Une danse de l’amour confus, qui s’étiole, comme celle qu’on l’on trouve dans le vidéoclip de Just Let Be (avec les danseurs Stephen John Quinlan et Justin De Luna; chorégraphie d’Axelle Munezero), il serait possible d’en créer une pour chacun des morceaux.


Vidéoclip : Eclipse (Ashley)
Réalisation : Nina Vroemen

Il y a des artistes, des voix, des musiques qui ne peuvent nous laisser indifférents. Raphaelle Standell-Preston et Braids le démontrent presque à chaque note de ce quatrième album. Quand un feu ardent parvient à donner d’aussi grands frissons, c’est que l’on maîtrise son art.


Découvrez d’autres albums offerts pour écoute sur le site.