Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Beatrice Rana : le piano de feu

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La jeune, fougueuse et terriblement talentueuse pianiste italienne Beatrice Rana vient de sortir un album emballant et spectaculaire dédié à la musique de Ravel et de Stravinsky. Celle qui avait conquis le cœur du jury et du public lors du Concours musical international de Montréal (CMIM) 2011 démontre à chaque nouvelle parution discographique à quel point l’événement montréalais avait vu juste.

Je ne serai pas le seul à le dire et à l’écrire : Rana vient de graver ici l’un des plus beaux albums consacrés à l’un ou l’autre de ces chefs-d’œuvre, soit Miroirs et La valse de Ravel, puis L’oiseau de feu et trois Mouvements de Petroushka, de Stravinsky.

Rarement aura-t-on écouté un album qui fait autant dialoguer les caractères musicaux et plastiques issus des arts visuels. Il y a l’impressionnisme magique de Ravel, mais aussi une bonne dose de fauvisme mordant, parfois cinglant.

Nous assistons à un festival de lumière, de couleurs chatoyantes, mordorées et vibrantes avec des éclats, par morceaux onctueux et charnus, de sonorités enivrantes et surprenantes à la fois. Ailleurs, c’est du shrapnel, ou presque, qui nous transperce de son éclatante intensité et de son incisive précision. Nous n’en ressortons pas indemnes. Plutôt épatés (pour le moins!) et transformés. Nous devrons dès aujourd’hui écouter ces monuments du piano à l’aune de cet enregistrement qui fait date.

Miroirs de Ravel, sous les doigts de l’Italienne de 27 ans, n’aura peut-être jamais autant mérité son étiquette d’impressionniste. Les titres des cinq mouvements invitent au voyage à travers des tableaux qui imposent leurs atmosphères, leurs impressions, dans notre esprit. Noctuelles, Oiseaux tristes, Une barque sur l’océan, Alborada del gracioso et La vallée des cloches ne vous inspirent-ils pas déjà des ailleurs à la fois enchanteurs et mystérieux?

Les trois mouvements de L’oiseau de feu de Stravinsky imposent un changement de scène plus radical. Nous sommes dans l’univers flamboyant et sauvage du terroir russe revisité par l’un de ses plus explosifs héritiers. Les mélodies dansent sur des accords et des rythmes contondants où les contrastes de coloris appellent au fauvisme pictural cité plus haut.

Le fauvisme en peinture est représenté par des artistes tels que Matisse, Derain et Braque (à ses débuts). Les couleurs se heurtent et s’entrechoquent. Stravinsky opère la même chorégraphie musculaire avec cette partition. Tout comme le fauvisme est, selon certains, un romantisme poussé à ses ultimes limites, cet Oiseau de Stravinsky est peut-être l’un des derniers feux d’artifice du romantisme musical. Rana lui donne toute la monumentalité et la démesure attendue.

Les trois Mouvements de Petrouchka procèdent du même esprit que L’oiseau de feu. Cette musique de ballet, écrite à peine une année après l’autre, marie encore une fois la rugosité virile de la Russie campagnarde avec l’effervescence de la plume stravinskienne. 

Le programme, qu’on souhaiterait qu’il ne se termine jamais, se conclut avec La valse de Ravel. Un hommage un brin décalé, à la fois bienveillant et cynique, à cette danse tellement emblématique d’une Vienne qui, au moment de l’écriture de ce chef-d’œuvre, était la capitale d’un empire en fin de vie. Une valse qui se meut sur fond de daguerréotype élimé, nous rappelant un temps que les moins de 20 ans (de l’époque) ne pouvaient pas connaître. Mais aux yeux de cette jeunesse du début du 20e siècle, la valse des grands bals avait une indéniable (et presque séduisante) déliquescence de fin de vie utile. Ravel avait saisi toutes les infinies nuances de cette décadence.

La valse de Ravel, c’est la mort dans la dignité, mais une dignité meurtrie et combative, d’un symbole fort du 19e siècle bourgeois. Beatrice Rana en fait une sorte de Titanic somptueux et glorieux, mémorable pour très longtemps encore.

À consulter également :

La liste d’écoute musicale Piano

Vous souhaitez être au courant de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!