Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Épitaphes, de Mélanie Venditti : quand le grand départ inspire de douces splendeurs

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Pour souligner le Jour de la terre, qui se tient chaque année le 22 avril, nous vous offrons l’écoute de l’album Épitaphes de Mélanie Venditti, paru en avril 2019. Des musiques pour nous rappeler, plus que jamais, la fragilité et la beauté de notre monde… et de la vie.


C’est le deuil, la mort, celle de sa mère, entre autres, qui est au centre d’Épitaphes, le premier album de la multi-instrumentiste Mélanie Venditti. Ses pièces rock ensorcelantes, longues et habilement construites s’élèvent dans la voix belle et indéfinissable de la chanteuse. Hors-norme, indépendantes et importantes, ces musiques regardent le dernier repos avec l’œil grand ouvert de la vie pour faire surgir les splendeurs parfois insoupçonnées de notre monde.


Vidéoclip : Le cœur de la tête
Réalisation : Marc-André Yonkers-Vidal


Pour la musicienne, le lien entre son album, paru il y a un an, et le Jour de la Terre semblait au départ abstrait, mais ce chaînon, elle l’a trouvé. Lorsque Mélanie Venditti pense à Épitaphes, l’image la plus forte qui lui vient en tête, c’est cet instant où elle se trouve devant la pierre tombale de sa mère et qu’elle lui parle en regardant le ciel. Face à la mort, elle croit que l’être humain se pose beaucoup de questions et se projette différemment dans le cycle de la vie, car il se voit infiniment petit à l’intérieur de celui-ci.

« C’est souvent pour ça que lorsqu’on perd quelqu’un de proche, on relativise beaucoup de choses et que l’on a envie de prendre soin des autres et de son environnement, de faire partie d’un tout et non de tout centrer autour de soi-même. C’est peut-être ça, le lien de mon album avec le Jour de la Terre », explique Mélanie Venditti.

Épitaphes, mes trois pièces favorites :

  • Les oiseaux de nuit
  • Le cœur de la tête
  • Les grandes crues – Où es-tu?

Pour ma part, le parallèle entre cette journée mondiale et les pièces d’Épitaphes, je le trouve surtout dans les compositions atypiques, où le temps ne semble pas une contrainte, des musiques comme une longue expiration, un flottement qui nous éblouit, comme quand nous nous s’arrêtons pour admirer le lever du soleil. Écoutez Les grandes crues – Où es-tu?, la dernière pièce du disque. Au moment où votre esprit s’élèvera avec les chants majestueux qui se trouvent à la toute fin, vous comprendrez exactement ce que je veux dire.

Le rapprochement qu’il est possible d’établir entre Épitaphes et cette journée, ce « rappel pour que l’humain se “dénombrilise” et retrouve ses valeurs ancestrales » (dixit Mélanie Venditti) sera différent pour chacun et chacune d’entre nous. Mais arrêtez-vous pendant 45 minutes, c’est important. Fermez les yeux et écoutez ce chant et ces musiques bien vivantes raconter la mort. Il y a dans cette véritable œuvre d’art musicale tout un tas de subtilités, de grandes beautés, capables de rattacher notre humanité à ce monde plus que jamais fragilisé.


Tout l’équipage d’Épitaphes :
Réalisation : Mélanie Venditti, Guillaume Guilbault, Blaise Borboën-Léonard, Étienne Dupré, Mandela Coupal-Dalgleish et Tonio Morin-Vargas

Mélanie Venditti : voix, guitare, violon alto et prise de son
Guillaume Guilbault : voix, synthétiseurs, piano, guitare, échantillonnage et prise de son des voix
Blaise Borboën-Léonard : violon alto, effets, batterie numérique, échantillonnage, orgue et arrangements de cordes
Étienne Dupré : basse et guitare baryton
Mandela Coupal Dalgleish : batterie et percussions
Tonio Morin-Vargas : congas, vibraslap et prise de son

Prise de son additionnelle : Nicolas Roberge
Mixage : Mathieu Parisien, sauf Faire tourner les assiettes, mixée par Nicolas Roberge
Assistance au mixage : Tonio Morin-Vargas, sauf Faire tourner les assiettes


Découvrez d’autres albums offerts pour écoute à l’occasion du Jour de la Terre.