Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

À tous les vents, un autre album bienveillant de 2Frères

L'écoute est terminée

Par
Mathieu Valiquette

C’est presque devenu un lieu commun, mais la crise actuelle et le confinement nécessitent pour plusieurs d’entre nous divertissement et réconfort. Deux choses qu’offre assurément À tous les vents, le troisième album des frères Érik et Sonny Caouette, qui fait autant de bien qu’une bonne soupe maison.

Est-ce que 2Frères a encore besoin de présentation? Depuis son premier album, Nous autres, en 2015, le sympathique duo jouit d’une popularité impressionnante au Québec. Avec près de 200 000 albums écoulés depuis, 2Frères est l’un des très rares noms au Québec à vendre encore autant d’unités.

Sur À tous les vents, la recette est inchangée; folk pop douce, authenticité, harmonies chaleureuses, chansons d’amour et d’amitié, et messages bienveillants. Le tout supervisé et encadré par un collaborateur de la première heure, celui qui se fait surnommer « le troisième frère », Steve Marin. Ce dernier a écrit la majorité des paroles et musiques des pièces du nouvel opus, le reste étant partagé entre Amélie Larocque, Jonathan Painchaud, Reney Rey et Martin Véronneau.

Chaque pièce dessine un portrait du quotidien ou d'embûches relationnelles. La chanson 100 fois parle de ramener sur le droit chemin un « vieux chum » qui dérape; Pour quelques heures aborde la réalité de la vie de tournée et des amours à distance; alors qu’on rend hommage au mariage sur Tout en blanc. Gageons qu’on entendra cette dernière dans quelques cérémonies dans les années à venir.

Une belle surprise d’À tous les vents est certainement la reprise de Snack-bar chez Raymond, de François Pérusse, placée à la fin. Érik et Sonny ont eu la chance d’enregistrer la chanson dans le studio de leur idole, un privilège que seuls eux ont pu avoir dans l’histoire de cet endroit mythique.

Bien sûr, il faut laisser son cynisme de côté lorsqu’on écoute un album de 2Frères. Reste qu’on ne rejoint pas autant de personnes sans toucher les bonnes cordes; celles de la sincérité non feinte et des mélodies qui font du bien, sans doute.