Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Philippe Sly, dans l'intimité de Franz Schubert

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Trudel

Il peut paraître surprenant aujourd’hui d’entendre les célèbres lieder de Franz Schubert accompagnés à la guitare, alors que ces poèmes chantés sont interprétés depuis toujours avec un accompagnement de piano et que nous les connaissons essentiellement sous cette forme. 

Et pourtant, la guitare était un instrument bien connu du compositeur viennois et jouissait d’une grande popularité à son époque. On sait que Schubert en jouait lui-même et qu’il en possédait aussi quelques-unes, lui dont la précarité pécuniaire et la vie de bohème ne lui permettaient pas de s’offrir un piano. Ce n’est pas d’hier que la six-cordes est un instrument économiquement plus abordable… Toujours est-il que plusieurs des quelque 600 lieder de Franz Schubert auraient vraisemblablement d’abord pris forme à la guitare, sous les doigts du compositeur.

Les arrangements pour baryton et guitare proposés sur cet album sont en tous points remarquables et révèlent encore davantage le caractère intimiste de ces œuvres. Réalisés par le guitariste John Charles Britton, ils nous entraînent au cœur du secret schubertien. Il nous semble être là, tout près de l’ami Schubert, au milieu de ses confidences, à l’écouter composer sur sa guitare, presque en sourdine.

Mais là où ce disque offre vraiment une expérience inoubliable, c’est dans la prestation du baryton-basse Philippe Sly. La voix prenante et pénétrante du jeune chanteur, l’étendue de ses moyens expressifs font de Schubert Sessions un album d’une grande beauté. Reste à voir comment il sera reçu à l’international, et plus particulièrement dans les pays de langue allemande, Reste à voir comment il sera reçu à l’international, et plus particulièrement dans les pays de langue allemande, où la prononciation des paroles et l'intelligibilité de la voix chantée feront sans doute l'objet d'une écoute plus critique.