Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Didem Başar et sa Levantine Rhapsody : les parfums d’Orient de l’âme québécoise

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Didem Başar est une musicienne montréalaise d’origine turque qui joue un instrument appelé le kanun (ou cithare turque). Les cordes pincées du kanun émettent des sonorités qui évoquent, à nos oreilles nord-américaines, un Orient ancien et lointain. Didem Başar vient de sortir Levantine Rhapsody, un album où l’accompagnent des musiciens classiques et multigenres d’ici. Une rencontre faite de douceur, de beauté et de respect.

Après 15 années à composer et à accompagner de nombreux artistes et ensembles, je souhaitais désormais me consacrer à un projet plus personnel, qui combinerait deux influences musicales : les musiques classiques turque et occidentale. Le dialogue que j’ai ainsi créé entre le kanun et des instruments de tradition classique occidentale (flûtes, percussions, violon et violoncelle) est enrichi de makams turcs (modes), de cycles rythmiques et d’improvisation, dans des compositions à l’approche résolument impressionniste.

Didem Başar

Au-delà du cliché des Mille et une nuits, le parfum d’exotisme qui se dégage de Levantine Rhapsody nous rappelle la vitalité du milieu montréalais des musiques du monde et de leur mariage plus ou moins étroit avec les musiques occidentales. Başar construit un programme qui évoque des rues confinées, colorées et chargées d’odeurs ainsi qu’une cohue bigarrée.

Tout cela, cependant, est présenté dans une apaisante sérénité, comme si l’on observait un décor étonnant, confortablement, à travers une lucarne indiscrète. La flûte de Guy Pelletier, le violoncelle de Noémy Braun, le violon de Brigitte Dajczer et les percussions de Patrick Graham habillent subtilement le son envoûtant du qanun de Didem Başar. Cette rhapsodie levantine (du Levant) est une courtepointe chamarrée, où tous les petits morceaux, individuellement charmants, finissent par créer un ensemble unique grandement séduisant. De la première à la dernière plage, le voyage titille l’imagination avec le qanun pour guide.

Qanun

Levantine Rhapsody fait partie d’une collection d’albums (pour l’instant au nombre de deux) de musiques du monde de la maison Analekta, réalisés avec la collaboration du Centre des musiciens du monde de Montréal. On ne peut que saluer l’initiative et souhaiter que cette collaboration perdure et s’épanouisse dans un avenir proche grâce à de nouvelles aventures humanistes comme celle-ci, possibles uniquement là où l’accueil se fait en pleine réciprocité.

Vous aimerez également :

la liste d'écoute musicale Femmes du monde