Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Louis Lortie et les concertos de Saint-Saëns : un magistral tour de force

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le pianiste québécois Louis Lortie, qui nous a habitués à des interprétations inspirantes de Beethoven, de Chopin, de Ravel, de Liszt, etc., s’est lancé depuis 2018 dans l’exploration du répertoire pour piano et orchestre de Camille Saint-Saëns. Voici le deuxième album des Concertos nos 3 et 5 pour piano et orchestre du compositeur français, sous étiquette Chandos.

Louis Lortie parle de Saint-Saëns le virtuose :

Entrevue : Louis Lortie - Saint-Saëns virtuose
Entrevue : Louis Lortie - Saint-Saëns virtuose

Animation : Frédéric Cardin

Audio

Lortie, un grand perfectionniste attentif aux nombreux menus détails d’une partition, a de quoi s’amuser ici. La musique de Saint-Saëns combine le meilleur de l’esthétique française, soit la clarté des textures sonores et la limpidité des phrases mélodiques, avec le meilleur du grand romantisme germanique, soit un orchestre ample et puissant. 

Cela dit, les partitions de Saint-Saëns sont de redoutables exercices pour les pianistes, comme le dit Louis Lortie ci-dessus. Les notes virevoltent et les nuances imposées à travers ces feux d’artifice passent parfois d’un extrême à un autre. Mais rarement Saint-Saëns perd-il cette élégance qui le caractérise.

C’est là le génie de cette plume qui s’exprime dans un cadre expressif à la fois panoramique et intimiste, et duquel ne semblent s’échapper, en général, que des atmosphères fraîches, lumineuses et brillamment colorées. Même quand il veut être dramatique, Saint-Saëns est incapable de noirceur, encore moins de laideur.

Ça tombe bien, Louis Lortie en est incapable lui aussi. Le pianiste québécois traverse ces gerbes musicales foisonnantes avec une grâce et une fluidité admirables.

Louis Lortie raconte comment il a répondu à la demande de la maison Chandos d'enregistrer les concertos de Saint-Saëns :

Entrevue : Louis Lortie - Pourquoi Saint-Saëns?
Entrevue : Louis Lortie - Pourquoi Saint-Saëns?

Animation : Frédéric Cardin

Audio

Le Concerto no 3 s’amorce comme un prélude wagnérien, moins tragique, mais plus excitant, et se termine sur des notes souriantes et allègres. Tout du long, les demandes faites au soliste sont formidables, tant la virtuosité nécessaire est terrible. Lortie en fait de la grande musique, bien au-delà de la simple technique époustouflante. L’orchestre BBC Philharmonic dirigé par Edward Gardner est un écrin qui marie ombres et lumières en milliers de belles nuances.

Le Concerto no 5, « Égyptien », baigne quant à lui dans un ensoleillement chatoyant du début à la fin. La naïveté des teintes arabisantes rappelle les tableaux de style orientaliste du peintre Benjamin Constant, ou plusieurs autres de ses contemporains du 19e siècle, attirés par les femmes de harem alanguies et les évocations de déserts chaleureux et de souks animés.

On n’y résiste pas! L’orchestre est somptueux, en particulier les cordes richement satinées, l’écriture est luxuriante avec force solos des bois, et la partition du pianiste offre des thèmes et des mélodies franches, oscillant entre force impériale et scintillement perlé. Le troisième et dernier mouvement est particulièrement attrayant, avec sa fougue communicatrice et son éclat bienfaisant qui vous fera passer une belle journée, peu importe ce qu’elle vous réserve!

Camille Saint-Saëns a écrit cinq concertos pour piano (Louis Lortie a enregistré les numéros 1, 2 et 4 sur un album précédent), tout comme Beethoven! Ils demeurent, cela dit, largement moins connus du grand public que ceux de l’Allemand. 

Merci à Louis Lortie et à la maison Chandos de réparer de façon si spectaculaire cette injustice.

Vous souhaitez être au courant de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!