Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Dakota Suite et Quentin Sirjacq : éloge de la lenteur

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Chris Hooson (alias Dakota Suite) est guitariste et Quentin Sirjacq, pianiste. Ensemble, ils nous offrent The Indestructibility of the Already Felled, un album empreint de sérénité et d’inventivité sonore, et fortement inspiré du zen japonais.

Autant on peut être subjugué par une feuille qui vibre doucement aux caresses d’une brise, autant on peut l’être par une simple note répétée calmement et emmitouflée dans l’atmosphère contemplative d’une composition de Sirjacq ou de Hooson. 

The Indestructibility of the Already Felled a été enregistré à Yokohama, au Japon. Les deux artistes reconnaissent, de plus, leur admiration pour les concepts de kogarashi et de kyoshu, ces attitudes difficilement traduisibles qui font référence à la contemplation de tous petits détails naturels, qui évoluent très lentement. Le concept assez récent de la lenteur ici en Occident (pensez à la mode de l’écogastronomie (slow-food) pourrait s’en rapprocher, mais superficiellement.

Quoiqu’il en soit, c’est cet esprit de calme, de sérénité, et de paix profonde et enveloppante qui se dégage de chaque pièce de l’album. Chacune est une sorte de jardin zen réaménagé subtilement par rapport au précédent.

Un autre intérêt non négligeable, ce sont les arrangements, la plupart signés par Sirjacq. L’utilisation du piano préparé (un piano entre les cordes duquel on a inséré toutes sortes de petits objets, en métal, en bois, en plastique, etc., afin de modifier la sonorité des notes jouées, transformant l’instrument en un vaste ensemble de percussions) apporte des couleurs surprenantes et originales.

C’est John Cage, le compositeur d’avant-garde et inventeur de ce concept épatant, qui serait content!

Ajoutez un vibraphone, une guitare et des synthétiseurs, et vous avez une palette certes économe, mais très riche en possibilités. Des possibilités que le duo utilise avec délicatesse, en gardant constamment à l’esprit que la moindre note mal avisée (trop forte, trop grinçante, trop incisive, etc.) serait ici l’équivalent sonore d’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

The Indestructibility of the Already Felled est apaisant sans jamais devenir soporifique.

Vous aimerez aussi

Les listes de lecture Contemplation et Zen

Vous souhaitez être au courant de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!