Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Demain c’était hier : l’urgence de dire les choses de La Faune 

L'écoute est terminée

Par
Mathieu Valiquette

La Faune, c’est Jérémie Essiambre, un multi-instrumentiste qui a collaboré avec différents musiciens avant d’aboutir à sa propre proposition musicale. Comme son titre l’évoque, Demain c’était hier est de ces premiers albums qui témoignent d’une urgence de s’exprimer et d’un artiste qui a laissé libre cours à sa créativité.

« As-tu peur des hauteurs? », se demande le chanteur sur la pièce du même titre. La question est pertinente, puisque, durant les 28 courtes minutes que dure l’album, l’auditeur pourrait être saisi de vertiges par quelques envolées percutantes, parfois proches du jazz moderne.

Un exemple : le refrain explosif et surprenant de Cent ans,très rock, mélange de Bon Iver et de Karwa dans l’approche. D’ailleurs, on sent l’influence de Louis-Jean Cormier par moments, notamment sur Vrai et Peur des hauteurs et Ininflammable.

Côté voix, on ne peut s’empêcher de détecter dans certaines inflexions vocales de Jérémie Essiambre des ressemblances avec celles de Serge Fiori. Une comparaison que le principal intéressé a l’habitude d’entendre, maisen entrevue au 15-18, en août 2017, il affirmait n’avoir jamais vraiment écouté Harmonium.

Fourmillement d’idées

Les idées abondent dans les compositions de l’artiste. La structure des pièces est souvent atypique, bien qu'elle garde les codes de la musique pop rock.

Demain c’était hier est un album qui exige une attention particulière. Les nombreuses ruptures de ton et les détails dans la réalisation ne peuvent s’apprécier pleinement en l’écoutant d’une oreille distraite. À vos casques d’écoute, donc!