Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Haydn, Mozart et Pentaèdre : des métamorphoses emballantes

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le quintette à vent Pentaèdre fait paraître son triple album Mozart : quintettes dédiés à Haydn, des arrangements savoureux de quatuors à cordes que Mozart avait spécialement écrits pour rendre hommage à son aîné.

C’est du vrai bonheur, cette musique! Mettez l’élégance de Haydn, la pétillance de Mozart et les couleurs vibrantes des cinq instruments qui constituent un quintette à vent (une flûte, un hautbois, une clarinette, un basson et un cor), et vous aurez un album comme celui-ci qui teintera le moment de votre écoute d’une légèreté à la fois bienfaisante et intellectuellement nourrissante. 

Entre 1782 et 1785, Mozart a écrit six quatuors à cordes « dédiés à Haydn », un hommage sincère au compositeur, de 24 ans son aîné, qu’il avait rencontré pour la première fois un an auparavant.

On y entend donc l’influence de la rigueur structurelle de Haydn, bonifiée par la douce effervescence de l’esprit mozartien, une rencontre qui a fait des six quatuors à cordes en question l’un des corpus d’œuvres préférés dans le vaste catalogue de Wolfgang Amadeus.

L’écriture pimpante de Mozart semble toujours faite sur mesure pour les instruments à vent, mais transformer des quatuors à cordes en quintettes à vent n’est tout de même pas une mince affaire.

Comment attribuer simplement les lignes à des instruments différents sans qu’un des cinq instruments du quintette soit réduit au silence, la partition de Mozart ne comportant que quatre voix? Comment éviter qu’une ligne d’alto, qui navigue entre les registres du cor et de la clarinette, ne puisse plus par moments convenir au cor sans pouvoir être confiée à la clarinette, occupée par un tricotage particulièrement virtuose normalement attribué au second violon? L’élégance de Mozart étant en partie le résultat d’un équilibre parfait dans les plans sonores, comment éviter les pièges créés par la nécessité de doubler certaines lignes afin d’avoir le plein potentiel sonore du quintette à vent?

Mathieu Lussier, bassoniste et membre de Pentaèdre

C’est un pari pleinement réussi. On l’entend et on le sent : c’est comme si Mozart avait écrit lui-même ces partitions pour les cinq instruments, ici superbement joués. Il faut ici préciser que Wolfgang n’a jamais écrit quoi que ce soit pour ce genre de groupe musical. En effet, le format du quintette à vent moderne comme ensemble chambriste n’est devenu réellement utilisé qu’après la mort de Mozart. D’où le manque existentiel profond qui afflige ce type de formation, un manque ici en partie compensé, et ce, pour de nombreuses générations à venir! Merci aux arrangeurs Geoffrey Emerson, Normand Forget et Mathieu Lussier!

L’équilibre est tout simplement idéal entre les instruments, en matière de sonorité et d’expression mélodique, thématique, rythmique, etc. 

Bien entendu, les plus belles partitions et les meilleurs arrangements ne serviront à rien sans d’excellents interprètes pour les faire vibrer et respirer. Pentaèdre est formé de cinq des musiciennes et musiciens les plus accomplis de la scène musicale canadienne, chacun et chacune étant aussi membre d’orchestres prestigieux. 

Haydn, Mozart et Pentaèdre, le trio de la perfection

Pentaèdre :

Ariane Brisson, flûte traversière

Danièle Bourget, flûte traversière (K. 458 et 465)

Martin Carpentier, clarinette

Normand Forget, hautbois

Mathieu Lussier, basson

Louis-Philippe Marsolais, cor

Vous aimerez également : 

La liste musicale Mozart



Vous souhaitez être au courant de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?


Abonnez-vous à notre infolettre classique!