Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

La carabine part à la chasse de ses démons 

L'écoute est terminée

Par
Alexandre Courteau

Voici le premier album du duo rap de Montréal La Carabine. Après un mini album de cinq chansons sorti en janvier 2015 sur le web, le groupe passe à l’attaque avec ce disque aux sonorités crues et sombres.

La Carabine c’est Dom Polski (Dominique Polski) et Filion (Marc-André Filion). Polski s’occupe de la musique et les deux rapent. Parlons d’abord de la musique. Il y a une filiation à faire avec le premier disque des Beastie Boys et toute cette époque, c’est-à-dire le milieu des années 1980. D’ailleurs, le premier clip est directement inspiré de l’univers du VHS. Les boucles de rythmes sont minimales et les échantillons, hachurés. On n’est pas ici dans le funky, groove et compagnie, ni dans le monde dérivé du « trap » ou de Drake et autre rappeur populaire. La Carabine fait plutôt figure d’ovni, rangeons le duo dans la catégorie : original. L’ambiance musicale est noire sur la plupart des pièces. Il n’y a qu’un seul invité et ce n’est pas n’importe qui, Alex Erian, chanteur des très populaires groupes métal Obey The Brave et Despised Icon, qu’on retrouve sur le morceau La cassette. Inutile de dire qu’il se débrouille bien.

Côté texte, les gars nous parlent souvent de leur quartier, Hochelaga, de skate, de politique, de leurs racines, le tout avec une touche d’humour. On apprécie les clins d’œil, comme celui fait à KCLMNOP dans Vitamine, où les rappeurs disent : Ouvre ta yeule / vitamine / pis reste en vie. Côté livraison, on pense à Séba (Éric Brousseau), rappeur du groupe Gatineau, un peu à Loco Locass et à Maybe Watson, d’Alaclair Ensemble. Chassez ses démons, c’est pour ceux qui ont envie de découvrir un disque sans prétention fait avec cœur par deux amoureux du rap dans la jeune trentaine.


Vous aimerez aussi :
- La webradio Émergent urbain
- La webradio Incontournables hip-hop