Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Pour déjouer l’ennui, de Pierre Lapointe : histoires déchirantes pour petits enfants devenus grands

L'écoute est terminée

Par
François Marchesseault

Pour souligner le Mois de la Fierté, en juin, nous vous offrons pour écoute, pour une semaine, des albums d’artistes LGBTQ+. Artistes qui, à travers leur musique, leurs mots et leur présence dans les médias deviennent des catalyseurs. La musique pour rapprocher tous les cœurs et tous les êtres humains… partout.


Pierre Lapointe ne chôme certainement pas. Après La science du cœur (2017) et Ton corps est déjà froid, son album rock paru en 2018 pour lequel il était accompagné de ses Beaux Sans-Cœur, le chanteur présente Pour déjouer l’ennui, son huitième album de chansons originales.

Le disque est tout nouveau pour nous, mais pas pour le génial et prolifique auteur-compositeur-interprète, qui l’a enregistré il y a déjà deux ans, à Montréal, avec son ami Albin de la Simone, ici aux commandes de la réalisation. Pour déjouer l’ennui se déploie avec douceur. Vous entendrez mainte fois ce mot pour décrire les musiques de l’album, parce qu’il est difficile de les qualifier autrement. Pierre Lapointe nous a souvent habitués à ça, de la douceur, mais cette fois, elle se joue différemment. Peu de piano, si ce n’est sur Amour bohème, Je connais le chemin et Qu’est-ce qu’on y peut. Cette dernière est coécrite avec Clara Luciani, qui chante aussi en duo avec Lapointe.

Pour déjouer l’ennui, mes trois pièces favorites :

  • Vivre ma peine
  • Pour déjouer l’ennui
  • Tatouage

Ce nouveau collage de chansons tristes, d’amours déchirants, n’a rien du côté orchestral de La science du cœur ou de La forêt des mal-aimés. C’est tout simple, dépouillé, dès le départ dans la ligne de guitare de la très jolie chanson Tatouage, puis dans ces voix, ce chœur qui chante, comme un murmure pour accompagner Pierre Lapointe dans La plus belle des maisons. Cette pièce se trouvait en version piano-voix sur l’album Paris tristesse.

Écoutez l'entrevue de Pierre Lapointe à l'émission Chants libres à Monique :

Pierre Lapointe s'entretient avec Monique Giroux
Pierre Lapointe s'entretient avec Monique Giroux

Chants libres à Monique du 20 octobre 2019

Audio

La simplicité et la douceur musicale sont présentes sur ces 12 nouveaux titres, même quand le rythme devient un peu plus entraînant, comme sur Le monarque des Indes et Dis-moi je ne sais pas. On entend dans ces dernières une trace de Georges Moustaki, de musiques espagnoles ou encore brésiliennes. Pierre Lapointe ne s’en cache pas du tout et parle aussi de l’influence du chanteur haïtien Manno Charlemagne, mort en 2017.

Si parfois le soleil se veut éclatant dans les musiques, les mots de Pierre Lapointe demeurent mélancoliques. C’est sa voix qui marque le plus ici, je crois. Elle est belle, plus que jamais, à chanter dans ce calme immense qui l’entoure. Dans sa manière presque chirurgicale de nommer les choses, d’articuler et de poser l’accent tonique au bon endroit, on comprend tout… Tout de la douleur du narrateur, de ces peines que rien n’apaise, de ce silence de l’abandon et de ce cœur qui saigne.

Malgré les nombreuses collaborations aux textes et à la musique, 9 des 12 chansons en sont le fruit, l’ami Albin de la Simone est arrivé à assembler le tout de façon homogène. On se déplace lentement, d’une pièce à l’autre… D’une peine à l’autre, pourrais-je dire, comme si l’on dansait une longue valse avec nos propres tristesses.

« Un bouquet de berceuses pour petits enfants devenus grands. » C’est ainsi que Pierre Lapointe qualifie lui-même ce nouveau disque. Je comprenais peu la métaphore, même après mes nombreuses écoutes de ce splendide album. Au beau milieu de la nuit, chantonnant Berceuse créole à mon fils, tentant de le rassurer, la citation de Pierre Lapointe m’est revenue. J’ai imaginé un moment ce que l’on pourrait bien me chanter, à moi, pour me faire retrouver le chemin des rêves. L’air et les paroles de Pour déjouer l’ennui ont résonné dans ma tête… et j’ai tout compris.

« Les moments de sommeil qu’on attend dans la nuit / Quand on reste éveillé pour déjouer l’ennui »

Tous les collaborateurs et collaboratrices pour l’album, pièce par pièce :

  • Tatouage : paroles et musique de Pierre Lapointe
  • La plus belle des maisons : paroles et musique de Pierre Lapointe
  • Pour déjouer l'ennui : paroles et musique de Pierre Lapointe, Hubert Lenoir et Julien Chiasson
  • Un cœur qui saigne : paroles de Pierre Lapointe / musique de Félix Dyotte
  • Le monarque des Indes : paroles de Pierre Lapointe / musique d’Albin de la Simone et Pierre Lapointe
  • Amour bohème : paroles et musique de Pierre Lapointe, Félix Dyotte et Amélie Mandeville
  • Amour ou songe : paroles et musique de Pierre Lapointe
  • Dis-moi je ne sais pas : paroles de Pierre Lapointe / musique d’Albin de la Simone
  • Je connais le chemin : paroles de Pierre Lapointe / musique d’Albin de la Simone
  • Vivre ma peine : paroles de Pierre Lapointe / musique de Daniel Bélanger
  • Qu'est-ce qu'on y peut? : paroles et musique de Pierre Lapointe et Clara Luciani
  • Vendredi 13 : paroles et musique de Philippe B

Découvrez tous les albums offerts pour écoute à l’occasion du Mois de la Fierté.

Écoutez notre webradio :

Jour de pluie

Vous reconnaîtrez de nombreux incontournables et découvrirez assurément de nouvelles mélodies touchantes. Des chansons nostalgiques qui nous collent au cœur et à l'oreille, et qui détaillent pour nous les émotions qui se lovent au fond du cœur. Une liste d'écoute musicale réconfortante comme l'amitié, qui déclame ses passions haut et fort autant qu'elle vous enveloppe de musique intimiste.

Jean-Pierre Ferland, Serge Gainsbourg, Jacques Brel, Carla Bruni, Jane Birkin, Isabelle Boulay, Philippe B, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.