Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Les myriades : Mélisande [electrotrad], donner un choc sans dénaturer

L'écoute est terminée

Par
Nathan LeLièvre

On n’associe pas d’emblée la guimbarde à l’électro. Pareillement, des ritournelles et des rigodons à saveur house et trance, ça peut sembler un mélange forcé. Pourtant, Mélisande [electrotrad] fait la preuve du contraire. Sur son troisième album, Les myriades, ce tandem rappelle qu’on a tort d’approcher avec hésitation les alliages entre la musique traditionnelle et les sons en vogue.

Des perles du répertoire cueillies le long du Richelieu

En 2018, Mélisande et Alexandre de Grosbois-Garand se sont promenés le long de la rivière Richelieu à la recherche de chansons. Ils expliquent ainsi leur démarche : « Grâce à nos visites dans les réseaux de la Fédération de l’âge d’or du Québec, des Chevaliers de Colomb, de la Légion royale canadienne et d’organismes communautaires, nous avons rencontré et enregistré une vingtaine de sympathiques et généreux chanteurs et chanteuses de notre région. » La démarche leur a permis de découvrir de sympathiques personnages, comme Ti-Pétard Allard, qui prête son nom au premier extrait officiel de l’album. « Nous avons ensuite adapté et arrangé une sélection de chansons qui nous plaisaient particulièrement et qui se prêtaient bien à notre mélange de genres ».

Cette fusion des genres, ils y participent activement. Mélisande nous offre sa voix (qui n’est pas sans rappeler la chaleur et la nature raconteuse de Claire Pelletier, quoique sa tessiture est un peu plus grave) et joue aussi de la guimbarde. Alexandre de Grosbois-Garand, lui, chante, joue de la flûte et conçoit les arrangements et les programmations électroniques. Les deux s’annexent les services de David Boulanger au violon, au banjo et aux chœurs, et de Félix-Antoine Beaudoin à la batterie et à la batterie électronique.

Le tout donne un mélange étonnamment réussi. Le trad conserve sa structure fondamentale. On s’amuse beaucoup avec l’instrumentation plutôt que de déconstruire les mélodies. Exit les accordéons, la podorythmie, la mandoline et certains autres habitués. Ils cèdent ici leur place à des sons créés par ordinateur. Le violon, la flûte, le banjo, ainsi que les mains et pieds percussifs, en revanche, demeurent. Il s’agit tout de même d’un métissage de styles; on n’évacue pas tout ce qui est familier. Ça explique sans doute le succès de la formule; les « vrais » instruments auxquels Mélisande [electrotrad] fait appel se marient bien aux sons « artificiels ». Ainsi, les maluron-lon-là, ma-dondaine-ma-dondé, Tapetipetap et autres ritournelles et onomatopées se couchent tout naturellement sur des coussins musicaux des plus modernes.

Comment écouter Les myriades? Comme bon vous semble!

Alors, est-ce qu’on l’écoute comme un album de musique traditionnelle ou de musique électropop? Ni l’un ni l’autre? Les deux? Toutes ces réponses? Aucune de ces réponses? Finalement, on s’en fout. L’important, c’est que l’on a réussi à insuffler une énergie nouvelle à un genre musical qui, pour se renouveler, peut toujours profiter d’un peu d’ingéniosité. Un peu à l’instar du groupe Swing ou de Catherine Lara, qui avait signé les arrangements pour l’album Madame Butlerfly, d’Édith Butler, le duo Mélisande [electrotrad] ose déroger aux habitudes du milieu dans lequel il s’inscrit pourtant parfaitement et avec la même légitimité que Genticorum ou Vishtèn, par exemple.

L’album Les myriades, contrairement à ce que suggère son titre, ne contient peut-être pas une multitude de chansons, mais celles qui y sont réussissent le pari de faire du trad une musique électrique, électrisée et électrisante, rien de moins!

Trad d'ici

Les grands du trad d'ici parcourent la planète pour faire entendre notre répertoire patrimonial. Voici leurs plus belles pièces regroupées : les classiques comme les perles rares. Complaintes, chansons à répondre, valses et musique pour danser des sets, tout est arrangé avec la finesse qui fait leur réputation. Une liste d'écoute musicale énergique et douce à la fois, parfois teintée des rencontres que ces troubadours modernes font le long de leur route.

Le Vent du Nord, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs, La Bottine Souriante, Mélisande (Électrotrad), Les Charbonniers de l'enfer, The Duhks, Canailles, Michel Faubert, Maz, Bon Débarras, Juan Sebastian Larobina, Yves Lambert, Genticorum, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.

Party électro

Faites la fête avec la meilleure des sélections électro-pop, électro-swing, électro-rock ou electronica, pour agrémenter votre party. Bomba Titinka, Christine and The Queens, Radiant Baby, Poirier, Artist of the Year, Debbie Tebbs, St. Vincent, Depeche Mode, DJ Shadow, Stromae, Petit biscuit, Galaxie, Champion, Daft Punk, Kaytranada, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.