Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Cameron Crozman joue Britten : le bouleversement des sens et des sons

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le violoncelliste Cameron Crozman relève un défi imposant dans son plus récent album paru sous étiquette Printemps des Arts de Monte-Carlo (label du festival du même nom) : s’attaquer aux trois Suites pour violoncelle, de Benjamin Britten. Notre Révélation Radio-Canada en musique classique 2019-2020 doit ainsi être comparée, à un si jeune âge, à des géants comme Rostropovitch, Wispelwey et Queyras. Compte-rendu.

Crozman offre des interprétations imaginatives des suites de Britten. Cette musique aux sautes d’humeur soudaines et aux changements de textures brusques et explosifs ouvre bien la porte à une forme d’extravagance, mais il faut savoir doser et calibrer ses intuitions en tant que musicien. Le jeune Canadien impressionne en offrant ici une version tout à fait valable et même pertinente de ces œuvres, au même titre que les lectures indispensables réalisées par Mstislav Rostropovitch (le dédicataire d’origine de ces trois suites), Pieter Wispelwey, Truls Mork ou Jean-Guihen Queyras.

Les Suites pour violoncelle, de Britten, sont inspirées des fameuses Suites pour violoncelle seul, de Bach; elles sont pour le même instrument, mais sans jamais chercher à faire de l’imitation. En effet, l’univers émotif et sensitif de Britten est à des années-lumière de celui de Bach.

Les suites de Bach sont des architectures élégantes, toutes construites sur un ensemble de danses populaires du vivant de Bach (époque baroque). Elles sont à la fois lumineuses et mélancoliques.

Vous aimerez également : Cameron Crozman joue des extraits de la Suite no 1, de Bach

Cameron Crozman - Suite no 1 pour violoncelle seul en sol majeur, Menuets I et II

Les suites de Britten sont d’un autre acabit. Elles sont bien plus anguleuses, plus sombres, voire anxieuses. Tel un journal intime, elles expriment des sensations secrètes du compositeur, du frémissement au désarroi en passant par le trouble et le saisissement, comme autant de coups de gueule lancés sur le papier, mais construits avec rigueur et précision.

L’auteur et historien de la musique Jean-François Labie qualifiait l’une des suites « d’ironie saignante », ce qui, à mon avis, s’applique également aux deux autres.

Les Suites pour violoncelle ne sont pas d’une approche facile, c’est vrai. Toutefois, si vous avez envie d’un bouleversement sonore et musical qui vous plongera dans l’intimité poignante de l’un des très grands artistes du 20e siècle, qui plus est dans une interprétation à la hauteur des meilleures qui existent, Britten : Suites pour violoncelle, de Cameron Crozman, vous attend impatiemment.

L'album est accessible via le distributeur Una Volta Music (UVM Distribution) ainsi que sur les sites de téléchargements tels Qobuz, Amazon ou iTunes ci-contre.

Cameron Crozman sera en concert avec I Musici de Montréal, dirigé par Jean-Marie Zeitouni, le 26 septembre prochain à la salle Bourgie de Montréal. Il jouera de la musique française tout en douceur et en agréable mélodie.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!