Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Microdose, de Fred Fortin : classe de maître

L'écoute est terminée

Par
Tony Tremblay

Vaguement annoncé l’an dernier, néanmoins véritable surprise de cette rentrée, le sixième album de Fred Fortin, Microdose, nous arrive avec ses ballades, son blues rock rugueux, ses mélodies, sa poésie, son humour et ses personnages colorés, comme un témoignage de la belle et parfaite liberté de l’auteur-compositeur-interprète de Saint-Félicien, maintenant à l’approche de la cinquantaine.

Microdose est un album dépouillé, qui va droit au but, déballant des univers foisonnants et riches, peuplé de personnages colorés dont les histoires sont portées par le son de guitares qui décapent tout ou encore par la douceur insoupçonnée de surprenants élans de flûte. Microdose est un concentré de ce que Fred Fortin fait de mieux depuis plus de vingt ans : créer des bijoux de chansons, pleines d’humour et d’humanité, des chansons audacieuses, qui aident à mieux apprécier l’existence.

Entièrement réalisé en solo, interprété en homme-orchestre par Fortin, « juste des maquettes », comme il le dit lui-même, Microdose tourne à son avantage toutes ses petites imperfections. Fred Fortin a quand même mobilisé ses habituels comparses musicaux (moins que d’habitude, cependant) : Olivier Langevin à la guitare, François Lafontaine aux synthétiseurs, Eric Hove à la flûte et Joe Grass à la guitare hawaïenne.

Généreux, riche, clair et limpide par son dépouillement, Microdose est un véritable concentré de savoir-faire chansonnier, quasiment une classe de maître par celui qui fuit à toutes jambes devant la proposition de devenir un mythe vivant. Fred Fortin ne veut pas être un mythe, d’accord, mais il est vivant, très vivant, et ses nouvelles chansons surprises en témoignent avec la plus grande humanité concevable. Poétique, maîtrisé et magistral.

Microdose (Grosse Boîte), de Fred Fortin, est paru le 23 août 2019.

Vous aimerez également :

Vidéo : Bernard Adamus chante Fuck you mon amour

WD-40, cousins saguenéens de Fred Fortin