Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Nightcralwer, de Simon Daniel : illustrer avec sa voix

L'écoute se termine dans 5 jours

Par
Nathan LeLièvre

À l’occasion de la fête nationale de l’Acadie (le 15 août) et des célébrations liées au Congrès mondial acadien 2019 (qui se tient dans le sud-est du Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard du 10 au 24 août), ICI Musique vous propose d’écouter certains des albums les plus marquants parmi ceux sortis ces derniers mois.

La force du Monctonien Simon Daniel est évidente dès les premières notes de Nightcrawler : sa voix claire, précise et agile. De nos jours, nombreux sont les chanteurs en vogue dont le chant (parfois approximatif) se rapproche davantage de la parole que du chant soutenu et affirmé. Simon Daniel est toutefois un exemple à suivre en matière de chant pop.

Ce premier album complet de l’artiste, sorti à l'automne 2018 (après le microalbum Jaune, en 2015), a été nommé deux fois aux Prix de la musique de la côte est (ECMA) et vaut la peine d’être redécouvert ou carrément découvert, si jamais vous avez le malheur d’être passé à côté.

Un son venu de l’Acadie urbaine et plurielle

En ce qui a trait au son de l’album, on pourrait le décrire comme celui tout à fait typique d’un Moncton urbain, intemporel et indémodable (ceux qui, comme moi, y ont déjà vécu seront probablement d’accord). C’est une musique qu’on aurait pu entendre résonner devant le Centre culturel Aberdeen (haut lieu culturel de la ville acadienne) il y a 15 ans et qu’on souhaiterait encore y entendre pour bien des années. Sur le plan de l’instrumentation, on y trouve des guitares prédominantes (tant acoustique qu’électrique) et des enrobages synthétiques qui ne sont pas sans rappeler certains univers de Daniel Bélanger (Court circuit pourrait très bien se trouver sur Rêver mieux, dans un univers parallèle, par exemple). Les arrangements créent des images nous permettant de voir les « headlights qui défilent dans [le] vaisseau » de Simon Daniel et les autres « images qui passent dans le coin de [son] œil » (Back Seat).

Voix et paroles porteuses

Et cette voix, toujours cette voix, qui comme les instruments, nous promène avec douceur et précision dans les rues de la ville acadienne, notamment sur la Rue Jones. Les couplets de cette chanson (mon coup de cœur sur l’album) bougent très peu, puis la construction mélodique contrastante du refrain, plus mobile et plus lyrique, nous reste en tête longtemps.

Un petit mot sur le chiac qui parsème les textes : un petit « but » au lieu d’un « mais » par-ci, par-là, un mot en anglais à l’occasion (comme le titre de l’album, comme les headlights susmentionnés), mais le tout n’est pas forcé ni appuyé; ça coule de source. Pour tout dire, on trouve dans le chiac de Simon Daniel moins d’anglais que dans le langage de certains jeunes Québécois qui, au quotidien « sont down pour chill  » au son de leur artiste préféré, qui vient de « drop de nouveaux beats  », sans compter que la structure et la psychologie de la poésie de Simon Daniel sont foncièrement françaises. Voilà un témoignage de plus en faveur du chiac comme outil indispensable de persistance linguistique chez les Acadiens.

Un nightcrawler, d’ordinaire, c’est un ver de terre peu ragoûtant. Soyez toutefois assuré que Simon Daniel et sa musique sont nettement plus invitants que l’insecte.

Le chansonnier acadien et sa pop alternative audacieuse, mais accessible, s’amèneront prochainement au Congrès mondial acadien, soit le 21 août au parc Riverain de Moncton.

Acadie

Acadie, Acadie, cette webradio chante ton nom, et elle le fait en plusieurs styles, couleurs et accents : folk, country, bluegrass et une portion non négligeable de rock, de pop et de hip-hop.

Cayouche, Édith Butler, 1755, Marie-Jo-Thério, Joseph Edgar, les Hay Babies, les Hôtesses d'Hilaire, les Jeunes d'Asteure, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.