Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Fongola, du collectif KOKOKO! : un premier album festif et singulier

L'écoute est terminée

Par
Mathieu Valiquette

Formé en 2016, le groupe congolais KOKOKO! fait de plus en plus parler de lui à l’international, et pour cause! Avec ses combinaisons jaunes rappelant celles de Devo et son cocktail efficace d’afro-funk, de musique électronique et de new wave, le collectif peut difficilement passer inaperçu.

L’artiste et producteur français Xavier Thomas, alias Débruit, a croisé la route des quatre musiciens de Kinshasa Makara Bianko, Boms Bomolo, Love Lokombe et Dido Oweke. Séduit par le côté artisanal de leur démarche, Débruit s’est joint à eux en apportant la touche électronique au son déjà très vitaminé des quatre Congolais et en réalisant ce premier album.

KOKOKO! – qui signifie Toc toc toc! – s’est inspiré des sons de la chaotique capitale congolaise pour créer des pièces qui foisonnent d’urgence et de rythme obsédants.

Ce côté un peu punk, on le retrouve aussi dans les instruments qu’utilise le groupe. N’ayant pas les moyens de se procurer du matériel de qualité, les musiciens ont été contraints de fabriquer leurs propres instruments à partir de divers objets recyclés. Casseroles, dactylo, bois et couvercles de marmites font partie du matériel utilisé pour l’enregistrement de l’album et pour les tournées du collectif.

Le style afro-indie (on peut s’arrêter sur ce terme pour simplifier) qui traverse Fongola peut rappeler la musique d’un autre groupe originaire de Kinshasa, l’orchestre Konono nᵒ 1, et de son album culte Congotronics, paru en 2004. Disons que les deux groupes pourraient facilement se côtoyer sur une liste de lecture.

Outre les bombes que sont les pièces Azo Toke et l’extrait Buka Dansa, le disque compte des moments plus nuancés, voire expérimentaux, comme la minimaliste Singa avec son clavier inquiétant ou la voix considérablement trafiquée du chanteur sur Tongos’a.

Pour ajouter à la singularité de l’objet, les pièces sont chantées en quatre langues : En ligala, en swahili, en kikongo et en français par petits bouts.

Curieux de voir tout ça de près? Le groupe sera en spectacle le 25 septembre à Montréal, au Piccolo Hall, pour le festival Pop Montréal.

Nos suggestions de webradios :

Groovy

Une série de titres dansants qui donnent le goût de bouger et de faire la fête. Bref, un hip-hop où la mélodie et l'électro sont à l'honneur. Peut contenir des traces de jazz, de rock, de reggae, et de musiques africaine, antillaise ou autochtone.

Radio Radio, Poirier, Smod, Boogat, Féfé, Wyclef Jean, Samian, Shauit, Orelsan, Hocus Pocus, Manau, Maybe Watson, etc.

Cette liste d'écoute aléatoire et gratuite a été préparée avec soin par notre équipe.