Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Jacques Kuba Séguin : Migrations de souche

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Le trompettiste et compositeur Jacques Kuba Séguin arrive avec un nouvel opus, Migrations, inspiré de la diversité culturelle d’ici, canadienne et québécoise, mais principalement montréalaise dans sa perspective. Un creuset où les langues, les nationalités, les religions, les couleurs et les traditions se côtoient pacifiquement et finissent par émettre une résonance nouvelle, unique et apaisante.

Migrations, vous le constaterez dès la première seconde, est un album empreint de sérénité et de quiétude. Pas d’épanchements discursifs et harmoniques intenses, pas de tensions vivifiantes, mais un brin acharnées comme dans ses différentes créations de son Litania Projekt (que j’adore!).

Non, ici, tout est joué dans un confort bienveillant, comme si l’on était, la plupart du temps, en mode câlin. Et ne voyez pas là une métaphore polie pour parler de superficialité ou de banalité. Du tout. Avec des musiciens tels que Jean-Michel Pilc (piano), Yannick Rieu (sax ténor), Olivier Salazar (vibraphone), Adrian Vedady (contrebasse) et Kevin Warren (batterie), Jacques Kuba Séguin, habile compositeur et excellent trompettiste, se permet de construire un édifice musical sobre, mais subtilement poétique, chaleureux, invitant, bienfaisant.

Ça promet pour l’avenir, car ce quintette est un tout nouveau groupe (même si Jacques a déjà joué avec plusieurs de ces musiciens dans le passé), et l'on peut donc espérer de grandes choses. Il y a comme une aura de jazz européen raffiné à la ECM ou à la ACT Records (deux étiquettes au son bien défini et surtout fabuleusement inspirant) dans ce Migrations, mais fabriqué à Montréal, PQ.

À voir : la Pavane de Ravel réinventée par Cordâme et Jacques Kuba Séguin!

Kuba Séguin, Révélation Radio-Canada 2012-2013 en jazz, est d’origine polonaise métissée à des racines purement québécoises. Il a souvent puisé dans ce terreau les idées et les inspirations qui ont guidé sa démarche créative. Cette fois, il a eu envie d’élargir ses horizons.

C’est en rencontrant différents Québécois d’origines diverses (dont notre Stanley Péan, mais aussi l’auteur David Homel et Boufeldja Benabdallah, du Centre culturel islamique de Québec) que Kuba Séguin a réussi à tisser la toile musicale de Migrations.

La pièce Choucoune, d’ailleurs, est issue du répertoire haïtien cher à Stanley Péan. Et, le saviez-vous : son texte est le premier à avoir été écrit et publié en créole! Ça se passait au 19e siècle, et l’auteur est un aïeul de Stanley! Ça fait chaud au cœur, ce genre d’anecdote.

« Je trouvais ça important de lancer ce message peace and love » disait l’artiste lors de son passage à l’émission Quand le jazz est là, animée par Stanley Péan.

(Vous pouvez écouter l’entrevue complète juste ici) :

Jacques Kuba Séguin s'entretient avec Stanley Péan
Jacques Kuba Séguin s'entretient avec Stanley Péan

Émission : Quand le jazz est là

Diffusion : 13 juin 2019

Animation : Stanley Péan

Audio

Le calme ambiant de l’album (en majorité, mais pas en totalité, il y a tout de même quelques montées d’adrénaline ici et là) témoigne de l’aspect détendu et positif de la vision du Québec qu’ont ces personnes issues d’une immigration relativement récente. C’est aussi une preuve que, malgré tous les débats en cours, la cohabitation interculturelle au Québec et au Canada, en premier lieu dans des villes comme Montréal, se fait généralement bien et devient surtout une source d’espoir et d’inspiration créatrice constructive dans ce monde tendu et trop grinçant.

À noter : l'émission Symphonie en bleu, animée par Jacques Kuba Séguin, revient cet été, à compter du 21 juin, sur ICI Musique classique. L'animateur y propose une programmation qui fait le pont entre la musique classique et le jazz

Ne manquez pas les concerts de Jacques Kuba Séguin :

27 juin à L'Astral (Montréal)

29 juin au Palais Montcalm (Québec)