Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Pablo Heras-Casado : les rêves russes d’un jeune chef espagnol

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

Pablo Heras-Casado est un jeune chef d’orchestre qui fait tourner toutes les têtes en ce moment. Ne boudons pas notre fierté et disons qu’il est peut-être le Yannick Nézet-Séguin espagnol. En tous les cas, il donne une énergie rafraîchissante aux partitions qu’il interprète. C’est le cas ici avec la délicieuse Symphonie no 1, « Rêves d’hiver » de Tchaïkovski.

Heras-Casado navigue habilement dans les pages de la première symphonie que Tchaïkovski a osé soumettre au regard et à l’écoute de ses contemporains. L’écriture de cette symphonie, connue aussi sous le nom de Rêves d’hiver, a été comme un chemin de croix pour le compositeur. Manquant de confiance en lui, celui-ci a travaillé sans arrêt, jour et nuit, pour lui donner une forme acceptable, selon lui.

Le résultat est magnifique. Même si ce n’est pas la symphonie par laquelle on le connaît aujourd’hui (elle est loin d’être aussi jouée que ses cinquième et sixième), elle demeure un petit bijou de couleurs et d’évocations suggestives. Ceux qui aiment le Tchaïkovski des ballets (Casse-Noisette, Le lac des cygnes, etc.) seront ravis. Ceux aussi qui aiment le Mendelssohn de la symphonie « Italienne » seront comblés. Nous pourrions en effet presque remplacer le « Rêves d’hiver » par « symphonie russe » et nous ne serions pas dépaysés.

Pablo Heras-Casado dirige son orchestre new-yorkais (L'Orchestre de St Luke's) avec maîtrise. Il arrive à magnifier les nuances de la partition pour en faire une musique intelligemment descriptive, remplie de tendresse, d’émotions et surtout d’images colorées, comme une carte postale arrivant de la belle et vieille Russie.

Qui plus est, Heras-Casado est dans l’air du temps. En effet, pensez-y : un jeune chef latin avec une gueule de star, un orchestre basé à New York… Ça vous rappelle une certaine série télé nommée Mozart in the Jungle? Loin de moi l’idée de faire des rapprochements douteux, mais soudainement, j’entends la musique différemment et avec une couche de glamour.

Si vous ne connaissez pas la série en question, allez faire un tour sur le web. En attendant, je vous laisse à vos rêves d’hiver teintés de scandales et… de belle musique!

Vous souhaitez être informé de tout ce qui se passe d'important en musique classique?