Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

La musique de Tous des oiseaux, de Wajdi Mouawad : puissante et intemporelle mélancolie

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

La pièce Tous des oiseaux, de Wajdi Mouawad, a recueilli les accolades de la critique et du public depuis sa création, en novembre 2017. Ce récit dont le cœur est l’amour entre Wahida, Palestinienne, et Eitan, Israélien, résonne avec une puissance inouïe. Pour soutenir cette tragédie moderne, présentée au Festival TransAmériques (FTA) cette année, il fallait une musique tout aussi forte, émotionnellement parlant. Mouawad a eu le génie de demander à la compositrice Eleni Karaindrou, habituée du cinéma de Theo Angelopoulos, d’en composer la musique. Voici cette trame sonore tout en lenteur et en puissance soutenue, comme un fatum ou un destin omnipotent.

La mélancolie de cette musique est palpable, enveloppante, comme une couverture molletonnée qui nous emmaillote presque dans son indolente séduction.

Le contraste entre la féroce modernité du contexte sociopolitique et cette langueur musicale presque engourdie (mais puissamment communicatrice) est un ravissement d’ordre supérieur. La fermeté intransigeante des barrières qui nuisent aux amants, mais aussi le foisonnement polyphonique quasi assourdissant des sujets traités dans la pièce (amours interculturelles difficiles, quête d’identité, rapport à la famille et à la tradition, étonnante malléabilité des concepts de bien et de mal, etc.) sont adoucis par la trame sonore d’Eleni Karaindrou.

On parle de points de contrôle à la frontière entre Israël et les Territoires palestiniens, on parle de génome (Eitan est étudiant en sciences), on parle de bibliothèque de Harlem (l’histoire se déroule en partie à New York), mais, tout le temps, la musique nous ramène aux tragédies grecques et à leur quête de l’essentiel ou de la source primiare de ce qui nous rend humains.

Wajdi Mouawad parle de Tous des oiseaux :

Tous des oiseaux raconte, au départ, une histoire sans âge à la Pyrame et Thisbé, cette légende antique à l’origine du Roméo et Juliette moderne et dont la source remonte à l’ancienne Babylone. Malgré son enchâssement dans conflit israélo-palestinien du 21e siècle, l’indéniable intemporalité de ce genre de relations tragiques exigeait une musique forte en émotions et apte à induire chez l’auditeur cette impression puissante de sortie du temps, ou d’accès à une forme d’éternité et de pertinence inaltérable. C’est ce qu’a réussi Eleni Karaindrou, comme elle l’a fait si souvent pour les films de Theo Angelopoulos (Le regard d’Ulysse, L’éternité et un jour, Le pas suspendu de la cigogne).

L’album contient également la trame sonore d’un film de Peyman Maadi, Bomb, A Love Story, dont l’histoire d’amour se déroule pendant la guerre Iran-Irak des années 1980.

N’ayant jamais vu (malheureusement) ce film, je ne peux que supposer que l’effet de cette musique est aussi fort avec les images qu’il l’est à l’écoute. La plume de Karaindrou est superbe, comme d’habitude, mais se fait ici plus légère, comme si des rayons de joie perçaient de temps en temps le voile de la mélancolie à laquelle elle nous a habitués.

Vous aimerez également :

La webradio Cinéma romantique

Cinéma romantique

Les mélodies qui rapprochent ceux et celles qui s'aiment, ou qui en ont envie! Les partitions qui poussent les mains à se joindre, et les émotions à s'unir.

Cinéma Paradiso, Braveheart, Don Juan de Marco, Casablanca, Parle avec elle, Love Story, Un été 42, Titanic, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!