Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

ZayZay, de FouKi : quand la « fuzay » a décollé

L'écoute est terminée

Par Émilie Pelletier Grenier

À peine a-t-on eu le temps de s’approprier la plus récente proposition de FouKi que déjà il nous met autre chose entre les mains. Le prolifique rappeur issu du « Plateau Hess », à Montréal, présente ZayZay, un album qui semble tout aussi ambitieux que l'artiste. Les 18 pistes confectionnées par FouKi et QuietMike donnent envie de s’offrir une balade en voiture, fenêtres baissées, le soleil étampé dans le visage et le volume des haut-parleurs au maximum.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que FouKi est un artiste productif. En trois ans, il nous a donné autant d’albums (Plato Zay, Zay et ZayZay), un microalbum (La Zayté) ainsi que des compilations préalables aux albums faits en studio.

L’ascension a été rapide pour la fusée FouKi, avec à son bord notamment son ami et concepteur rythmique QuietMike. Ils ont d’ailleurs obtenu une signature avec la maison 7ième ciel, qui comprend des grosses pointures de la scène hip-hop québécoise (Alaclair Ensemble, Koriass et Souldia).

Comme l’a fait Alaclair Ensemble avant lui, l’artiste a su élaborer un jargon qui lui est propre, où le terme « zay », utilisé à toutes les sauces, tient davantage de l’état d’esprit que d’un nom à proprement parler. Être zay apparaît donc comme être relaxe, zen et imperméable au stress.

Pssst! FouKi était de passage à L'effet Pogonat. Pour entendre ou réentendre l'entrevue, c'est ici.

L’air bon enfant, le rappeur et ex-pizzaiolo à la cadence (flow) caractéristique signe des textes à la fois naïfs et introspectifs. Bien loin du discours sur la violence de la rue, le jeune rappeur donne plutôt dans la festivité et la félicité de récolter le fruit d’un dur labeur. « La chenille est devenue papillon. J’étais un rêveur, j’avais pas tort », entend-on justement dans la piste Papillon.

FouKi multiplie les collaborations sur ce vaste nouvel album (Obia le chef, KNLO, Eman et Koriass). Côté son, QuietMike, alias le Michel Silencieux, propose une trame où se mélangent les genres (trap, reggae, boombap, etc.). D’autres, notamment Ruffsound, Pops et Kable Beats, ont contribué à la confection des rythmes.

Le rappeur à l’allure badine et rieuse passera une saison estivale tout en spectacles. Il s’arrête notamment le 17 mai à l’Impérial Bell, à Québec, le 18 mai au Festival MétroMétro, à Montréal, et le 13 juin au Festival franco-ontarien, à Ottawa.