Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Now, de Jesse Mac Cormack : alerte au talent d’exception

L'écoute est terminée

Par
Olivier Robillard Laveaux

Jusqu’où se rendra Jesse Mac Cormack avec son premier album complet? C’est la question qui nous vient en tête à l’écoute de Now, un disque de haut calibre qui démontre toute l'étendue de la créativité du musicien montréalais.

Dès ses premières chansons mises en ligne sur Bandcamp en 2015, Jesse Mac Cormack a attiré l’attention de la scène musicale montréalaise. Dans une atmosphère bluesy minimaliste, ses compositions avaient déjà quelque chose d'hypnotique et de planant. On le comparait alors à un Jeff Buckley attiré par les sonorités organiques du blues. Le fait qu’il réalise ses propres enregistrements seul dans son studio maison en a vite fait un réalisateur demandé. Betty Bonifassi l’a engagé pour travailler sur son album de chants d’esclaves. Helena Deland, Emilie Kahn, Rosie Valland et Philippe Brach ont aussi eu recours à ses talents.

En parallèle, Jesse continuait de travailler sur ses propres compositions, qui se sont progressivement éloignées des racines minimalistes du blues pour embrasser un rock aux multiples influences, mais toujours très hypnotique. Puis, avec la parution de son excellent minialbum After the Glow (2016), la rumeur voulant que Jesse Mac Cormack soit présentement l’un des musiciens les plus doués de Montréal s’est accentuée. Now prouve à son tour que le train Mac Comarck poursuit son trajet jusqu’à la prochaine station.

Premier gage d’une possible reconnaissance à l’étranger : Now ne s’inscrit dans aucun courant musical en vogue à l’heure actuelle. Avec ses compositions à la fois épiques et oniriques, le musicien multiplie les couches sonores sans s'éparpiller. Les explorations sont aussi foisonnantes que réfléchies, et se lancer dans un jeu de comparaisons devient hasardeux, mais le rapprochement avec l’intelligence et l’audace d’un Peter Gabriel ou de Talk Talk tiendrait peut-être la route.

À propos de Give a Chance, première chanson de l’album, Jesse explique dans un communiqué que son but était de « faire une chanson qui puisse avoir un rythme ternaire africain afin de créer une transe en concert. Le texte est à propos de la naissance et la mort des relations. De l’abandon nécessaire quand les saisons changent et qu’il est temps d’emprunter de nouveaux chemins. Il n’y a pas de raccourci pour ces choses. Il faut les traverser. »

Pas étonnant que Jesse se soit rendu à Death Valley pour la séance photo de la pochette de Now et celle des clichés promotionnels. On écoute son album comme on traverse le désert des Mojaves : fasciné par la puissance, par la singularité et par la beauté de paysages musicaux plus grands que nature.

Écoutez nos webradios :

-Pop alternatif

-Rock émergent