Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

On fait du country, de Phil G. Smith : rénover le genre

L'écoute est terminée

Par
François Lemay

On fait du country est le premier album de Phil G. Smith, un auteur-compositeur-interprète originaire de la région de l’Outaouais. Diplômé de l’École nationale de la chanson de Granby, promotion 2011, Smith est en train de se faire un nom dans le monde québécois du country alors que le premier extrait de son album, Que l’bon Dieu nous pardonne, a déjà atteint la première position des palmarès country de plusieurs stations de radio spécialisées. Son premier maxi homonyme, paru à l’automne 2017, a été lui aussi bien reçu dans le milieu.

Réalisé par John-Anthony Gagnon-Robinette (qui a aussi travaillé avec Kaïn et Sara Dufour, entre autres), ce premier album est très inspiré par un genre qui suscite bon nombre de débats dans le milieu de la musique country, le bro-country. Né au début des années 2010 dans le sud des États-Unis, le style est très influencé par le rock et le hip-hop. En fait, il est même vu par certains artisans du country, issus d’une plus vieille école de pensée, comme étant une réponse des « jeunes hommes blancs vivant en campagne » aux musiques plus urbaines. Bref, c’est une approche qui secoue les colonnes du temple d’un genre relativement conservateur.

Évidemment, on ne peut réduire le travail de Smith à cette seule influence, même si elle est présente dans certains thèmes abordés dans ses chansons. S’il parle d’alcool, de camionnettes, de faire de la route son mode de vie et de ruptures amoureuses, l’auteur-compositeur s’abreuve aussi à une certaine approche plus folk naïf qui n’est pas sans rappeler des groupes comme Kaïn, 2Frères ou, à la limite, La Chicane à ses débuts.

Bref, il s’agit d’un album qui risque fort d’amener Phil G. Smith sur les scènes country partout au Québec au cours des prochains mois.