Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Via Crucis, de Franz Liszt : un chemin de croix inspirant

L'écoute est terminée

Par
Frédéric Cardin

À son époque et dans la première partie de sa carrière, le pianiste et compositeur Franz Liszt était l’équivalent d’une star du rock. Combinez le succès de Madonna, de Roger Waters et de John Lennon, et vous aurez une idée de l’effet qu’avait ce jeune homme sur les foules européennes. Toutefois, à 54 ans, il en a eu assez et est devenu prêtre. Ses œuvres se sont épurées pour donner des bijoux d’introspection et de spiritualité. Son Via Crucis pour chœur et piano en l’un des plus magnifiques exemples. Le Collegium Vocale Gent, dirigé par Reinbert de Leeuw, nous en offre une interprétation exceptionnelle, un sommet de beauté intemporelle.

Fascinante présentation du Via crucis, de Liszt, par Reinbert de Leeuw, avec son piano (en néerlandais, avec sous-titres anglais) :

Contrairement à tant d’œuvres précédentes de Liszt, surtout celles de sa période mondaine et populaire, qu’on pourrait qualifier de flamboyante, les émotions véhiculées par le Via crucis, toujours puissantes, sont exprimées de manière essentiellement pudique, presque austère.

Cependant, le génie du compositeur est demeuré intact : la retenue à laquelle il s’astreignait est devenue le moteur d’une qualité d’invention expressive époustouflante qui a ouvert la porte, par endroits, à une modernité qui n’est apparue qu’au 20e siècle!

En effet, certains passages de l’œuvre frôlent carrément l’atonalité, alors qu’ailleurs, c’est l’accord tristanien, fameuse formule wagnérienne aux résonances tant mystiques que musicales. Le silence est aussi présent comme élément narratif, dramatique et même musical. L’un de ceux-ci est particulièrement impressionnant à la toute fin de la pièce, juste avant le chœur final, tel un murmure qui récite le célèbre INRI qu’on avait placé au-dessus de la tête de Jésus, sur la croix : Jésus, roi des Juifs.

Via crucis, c’est le chemin de croix de la tradition catholique, celui que des gens parcourent symboliquement pour faire référence aux moments les plus marquants de la Passion de Jésus-Christ, de sa condamnation à sa mise au tombeau.

Liszt a voulu cette évocation mystique épurée des grands effets orchestraux et des opulentes couleurs de l’orchestre symphonique. Il l’a donc conçue pour un chœur mixte, accompagné d’un clavier (piano, orgue ou harmonium).

Le Collegium Vocale Gent, dirigé par Reibert de Leeuw de son piano (et d’un orgue dans deux mouvements), est magnifique. On y trouve juste ce qu’il faut d’équilibre entre la force émotive et la retenue sonore pour évoquer un émoi spirituel intense, mais pudique.

Reinbert de Leuuw offre une version piano solo du Via crucis. Comparez-la avec la version chorale de l’album!

Vous aimerez également :

La webradio Musiques sacrées

Vous souhaitez être informé de tout ce qui touche la musique classique sur ICI Musique et sur ICIMusique.ca?

Abonnez-vous à notre infolettre classique!