Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.

Mi-tronc, mi-jambe, de VICTIME: divertissement-choc

L'écoute est terminée

Par
Tony Tremblay

Écouter la musique du 21e siècle, c’est, malgré soi, assister à la transformation du divertissement en quelque chose de ludique, de brutal, de mathématique, de saccadé, de poétique, de punk, de post-punk, de finement conçu comme une mécanique implacable, pour son plus grand plaisir, ou autre. Voici Mi-tronc, mi-jambe, une créature bien étrange, en forme de microalbum, décousu et recousu par le trio de choc VICTIME, qui, paradoxalement, joue ici le rôle de « l’agresseur ».

VICTIME, c’est Samuel Gougoux (batterie), Laurence Gauthier-Brown (basse, voix), et Simon Provencher (guitare), qui ont tous les trois été nourris au rock bruitiste de Sonic Youth, aux excès dansants du no wave de feue Lizzy Mercier Descloux et de Lydia Lunch, ainsi que par des groupes tels Le Tigre ou Bikini Kill. Leur but est de subvertir l’ordinaire pour lui donner le lustre du divertissement, puisque dans notre société de consommation, il faut bien se divertir de quelque chose, excessivement et brutalement, en s’amusant.

Mi-tronc, mi-jambe, c’est un mini-album qui vous réjouira, ou vous enverra à l’hôpital. C’est 6 morceaux denses et précis, délicatement improvisés pour que ce soit le plus rentre-dedans possible. On pense à de vieux souvenirs comme Térapi, groupe new wave québécois qui sévissait au début des années 80, ou encore aux expériences de Monty Cantsin. L’intérêt de l’art façon VICTIME, c’est de conquérir votre divertissement, que vous le vouliez ou non. À écouter avec ouverture, très fort, à vos risques et périls.

Mi-tronc, mi-jambe (Michel Records), de VICTIME, est paru le 8 mars 2019

Vous aimerez également :

Haut-parleurs intelligents, algorithmes et musique

Écoutez l’un des trios pop-rock de l’heure, Radio Elvis, au microphone à L’effet Pogonat