Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Maria Callas : chronologie de la vie d'une diva
Par
Frédéric Trudel

Date de publication

15 sept. 2017

Genre

2 décembre 1923 : Maria Kalogeropoulos naît à New York de parents grecs récemment immigrés aux États-Unis.

1929 : Son père change le nom de la famille pour Callas.

1937 : Ses parents se séparent. Sa mère Evangelia retourne vivre en Grèce avec ses deux filles, Jackie et Maria.

1938 : Maria est admise au Conservatoire d’Athènes, où elle étudie le chant avec Maria Trivella.

1939 : Elle fait ses débuts sur scène, à 15 ans, dans le rôle de Santuzza dans Cavalleria Rusticana de Mascagni, une production estudiantine. Elle a maintenant un nouveau professeur, Elvira de Hidalgo, qui lui fait travailler le registre colorature.

1940-45 : Maria chante régulièrement à l’Opéra d’Athènes, dans des premiers rôles. Elle affiche déjà une vive originalité et une forte présence sur scène.

1945 : Elle repart vivre aux États-Unis auprès de son père.

1947 : Remarquée par le ténor et imprésario Giovanni Zenatello, elle quitte New York pour l’Italie, où elle est engagée aux Arènes de Vérone pour chanter La Gioconda de Ponchielli, sous la direction du chef italien Tullio Serafin. Ce dernier reconnaît en elle l’étoffe d’une artiste d’exception et posera les premiers jalons de la carrière phénoménale de Callas en Italie. De Vérone à Venise, en passant par Florence et Rome, Serafin l’imposera sur les scènes italiennes de l’après-guerre. Sous sa direction, elle chante Verdi, Bellini, mais aussi Wagner.

1948 : Elle chante sa première Norma de Bellini (et le fameux Casta diva qui deviendra un de ses airs emblématiques) à Venise, sous la direction de Serafin. C’est le rôle qu’elle interprétera plus que tout autre dans sa carrière.  

1949 : Maria épouse Giovanni Battista Meneghini, riche industriel italien qui sera son agent pendant 10 ans. Sous l’insistance de Serafin, elle remplace Margherita Carosio dans le rôle colorature d’Elvira dans I Puritani de Bellini à la Fenice de Venise. Le public est envouté. C’est un moment décisif dans sa carrière et le début de sa contribution à la réhabilitation du répertoire belcantiste italien.

1950 : Callas remplace Renata Tebaldi à la Scala de Milan dans Aida de Verdi. C’est le point de départ d’une rivalité légendaire (et sans doute amplifiée par la presse à sensation de l’époque) entre deux cantatrices que tout sépare.

1951 : 1reTraviata à Florence dans le rôle de Violetta, qu’elle incarnera magistralement quelques années plus tard à la Scala, dans la mise en scène de Visconti. Elle ouvre la saison de la Scala avec Les Vêpres siciliennes de Verdi avec un immense succès. Au cours des sept années suivantes, elle sera la reine incontestée de la célèbre maison de Milan.

1952 : À l’invitation du directeur artistique Walter Legge, elle signe un contrat d’enregistrement avec EMI. Jusqu’à la fin des années 60, les enregistrements réalisés pour cette prestigieuse maison de disques témoignent du grand art de la Callas et contribuent à la renommée de la diva. Grâce au disque, le public du monde entier découvre l’extraordinaire singularité de sa voix, les nuances inouïes de son expressivité et sa façon unique et intense d’incarner les personnages.

1953-1954 : Callas entreprend un régime drastique et perd plus de 30 kg. Elle devient une jeune femme élégante, icône de la mode et des photographes. Sur scène comme à la ville, la prima donna incarne l’image de la beauté et de la modernité.

1953 : Elle incarne Medée, dans l’œuvre du même nom de Cherubini à Florence, rôle qu’elle reprend à la Scala, sous la direction du jeune Leonard Bernstein. On n’a pas entendu cet opéra depuis plus d’un demi-siècle et la presse parle d’une résurrection. C’est un véritable triomphe.

1954-57 : Années de collaboration avec le célèbre réalisateur Luchino Visconti, grand admirateur du talent d’actrice de la Callas. Pour elle, il met en scène cinq opéras à la Scala : La Vestale de Spontini, Iphigénie en Tauride de Gluck, Anna Bolena de Donizetti et, surtout, La Traviata de Verdi et La Sonnambula de Bellini, deux productions qui entrent dans l’histoire.

1956 : Callas chante pour la première fois au Met dans Norma, Tosca et Lucia diLammermoor.

2 janvier 1958 : Souffrante et vocalement indisposée, Callas déclare forfait au beau milieu d’une représentation hautement médiatisée de Norma à l’Opéra de Rome. Le président de la République italienne et toute la haute société romaine se trouvent dans la salle. C’est un scandale. Le public se déchaîne et des centaines de spectateurs conspuent la chanteuse à la sortie des artistes et sous les fenêtres de son hôtel.

1959 : Au cours de l’été, elle s’éprend du richissime armateur grec Aristote Onassis. C’est la fin du mariage Callas-Meneghini.

1960-63 : De plus en plus aux prises avec le déclin de ses moyens vocaux, Callas réduit ses apparitions sur scène et mène une vie mondaine internationale aux côtés d’Onassis. En 1962, elle ne donne que quelques concerts, pour la plupart éprouvants.

1964 : En janvier, le metteur en scène (et futur cinéaste) Franco Zeffirelli la persuade de revenir à la scène, au Covent Garden de Londres, dans une nouvelle production de Tosca qui remporte un vif succès.  En mai, elle refait Norma dans une autre mise en scène de Zeffirelli, au Palais Garnier, à Paris. Les critiques sont quasi-unanimes : Maria Callas a retrouvé sa voix!

1965 : Malgré des représentations encensées de Tosca à Paris et au Met, au début de l’année, 1965 marque son chant du cygne. En mai, elle s’engage pour cinq représentations de Norma à Paris. La diva est fatiguée, mais elle ne veut pas annuler ses concerts. Le 29 mai, jour de la dernière, un malaise l’empêche de poursuivre et elle quitte la scène au 2e acte. Le 5 juillet, au Covent Garden, à Londres, elle fait sa toute dernière apparition sur une scène d’opéra, à l’occasion d’une représentation de Tosca. Elle n’a que 41 ans.

1968 : Sa relation avec Onassis se détériore. Le cœur brisé, elle apprend, par les médias, le mariage de ce dernier avec Jackie Kennedy, le 20 octobre.

1969 : Callas joue le rôle principal dans le film non lyrique Médée de Pasolini, d’après la tragédie d’Euripide.

1971-72 : Elle donne une série de classes de maître à la Juilliard School of Music de New York.

1973-74 : À la suite d’une longue retraite, elle accepte de prendre part à une tournée internationale de récitals aux côtés du ténor Giuseppe di Stefano. Le 20 novembre 1974, elle chante pour la dernière fois en public, à Sapporo, au Japon.

16 septembre 1977 : Callas meurt à 53 ans d’une crise cardiaque dans son appartement parisien. En 2010, des experts ont démontré que la soprano souffrait en silence depuis des années. Elle aurait été atteinte d’une dermatomyosite, une maladie qui affecte les muscles et les tissus en général, y compris ceux du larynx.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.