Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
The Wall : de la maquette à l’opéra
Par
François Lemay

Date de publication

15 févr. 2017

En marge de la présentation de l’adaptation opératique de The Wall, nous continuons notre série d’articles sur cette œuvre marquante, qui est passée par plusieurs incarnations depuis sa création sur disque, en 1979.

 Participez au concours Another Brick In The Wall - l'opéra et gagnez des billets pour la première!

Dans un article précédent, il était question de l’idée de l’œuvre, survenue lors d’un concert mouvementé présenté à Montréal en 1977. Ce qui est particulier, avec The Wall, c’est qu’il aurait pu exister dans une version totalement différente alors que son créateur principal, Roger Waters, a présenté deux projets d’albums concepts sur lesquels il travaillait à ses collègues membres de la formation Pink Floyd. D’un côté, The Pros and the Cons of Hitch Hiking, basé sur un rêve de Waters, et, de l’autre, Bricks in the Wall. Le groupe, étant aux prises avec des problèmes financiers à l’époque, a choisi le deuxième, qui avait, selon les collègues de Waters, un meilleur potentiel de rentabilité.

L’album The Wall paraît donc le 30 novembre 1979.

Évidemment, après l’album vient la tournée, mais, cette fois-ci, on ne refera pas la même erreur qu’en 1977 : seulement 31 concerts seront présentés, dans quatre villes différentes (Los Angeles, New York, Londres et Dortmund). L’appareillage pour cette mini-tournée est immense : un gigantesque mur est construit en temps réel sur scène, un écran géant circulaire est installé derrière la scène et tout doit être construit sur mesure.

En parallèle à l’album et à la tournée, The Wall se construit aussi en tant que film. Le projet est sur la table pendant la conception de l’album, et on prévoit filmer des concerts et se servir de séquences tirées de ce tournage comme base filmique. Roger Waters est censé jouer le rôle principal. Le projet, dans cette forme, tombe à l’eau et est récupéré par le réalisateur anglais Alan Parker, qui le modifie profondément. On laisse tomber les scènes tournées lors des concerts, et c’est le chanteur punk Bob Geldof qui tient le rôle du personnage principal. Le film est présenté pour la première fois au Festival de Cannes le 23 mai 1982 et reçoit des critiques généralement positives, même si plusieurs (dont son créateur Roger Waters) le trouvent beaucoup trop dur.

En 1989, lors d’une interview, Waters y va de ces paroles prophétiques : « la seule possibilité de voir The Wall ressuscité sur scène est si le mur de Berlin est détruit », ce qui se produit quatre mois plus tard. Fidèle à sa parole, Waters décide d’organiser un immense concert dans l’ancien « no man’s land » situé sur la Potsdamer Platz. Plus de 400 000 personnes assistent au spectacle qui met en vedette, en plus de Waters, des musiciens tels Cyndi Lauper, Marianne Faithfull, Scorpions, Sinéad O’Connor, Bryan Adams, etc.


En 2010, même si plusieurs chansons extraites de The Wall figurent dans les concerts solos de Waters, ce dernier décide de relancer la machine à construire des murs. Il présente une version très près de l’originale. La tournée dure deux ans et se termine à Québec, le 21 juillet 2012, sur les plaines d’Abraham.

Vous aimerez aussi :

Another Brick In The Wall à l’Opéra de Montréal
Julien Bilodeau et Dominic Champagne à propos de l'opéra Another Brick In the Wall

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.