Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Salvador, Gabriel, Cole, Jarreau, Monk… et les petits cœurs de la mi-février
Par
Stanley Péan

Date de publication

13 févr. 2017

Genre

C’est idiot, je sais, mais chaque fois que je prends un congé, aussi bref soit-il, j’ai toujours cette crainte qu’un artiste de premier plan nous quitte et que je ne sois pas à l’antenne le jour suivant pour saluer le disparu avec les égards qui lui sont dus. C’est ce qui arrive aujourd’hui. Je ne pourrai, hélas, faire écho au décès du grand Al Jarreau, survenu hier, qu’à l’émission de mercredi soir. Entre-temps, évidemment, nous fêterons les petits cœurs de la mi-février, avec une pensée pour Henri Salvador, Peter Gabriel, Nat King Cole, Thelonious Monk et quelques autres.

En prévision de mon départ pour Chicago vendredi matin, je vous avais préparé deux émissions : celle de notre plus récent vendredi moelleux, dont une bonne partie était consacrée à l’univers de D’Angelo (à qui certains d’entre vous ont trouvé une parenté avec Al Jarreau), et celle de ce soir, qui commémore dans un premier temps la disparition du papy de la bossa-nova, le chanteur et guitariste Henri Salvador, le 13 février 2008, et qui souligne, dans un second temps, la naissance de Peter Gabriel en 1950.

À mon retour en studio en direct, mardi, comme promis, je vous présenterai notre traditionnelle soirée velours et molleton de la Saint-Valentin, avec plusieurs de mes chansons d’amour préférées. Malgré l’importance d’Al Jarreau, je préfère attendre au lendemain pour lui consacrer une partie d’émission et lui rendre un hommage bien mérité. À l’émission de mercredi, je soulignerai également l’anniversaire de naissance du compositeur Harold Arlen, né en 1905, et celui de la mort de Nat King Cole 60 ans plus tard. Et puisque j’estime que le regretté Jarreau avait, en quelque sorte, marché dans le sillage de Cole, au carrefour du jazz et des autres formes de musique populaire américaine, on peut dire que la quasi-coïncidence des dates de leur disparition n’est pas sans intérêt.

À notre survol de l’actualité, jeudi, outre mes traditionnelles suggestions de sorties dans les principales boîtes de nuit du pays, j’aurai le plaisir de recevoir en entrevue deux excellentes chanteuses : Anne Bisson, qui est également pianiste et qui s’apprête à lancer l’album Conversations (Camilio), qu’elle cosigne avec le violoncelliste Vincent Bélanger, et Kim Zombik, dont je vous ai déjà dit tout le bien que je pense de son récent opus, The Intimate Sky from Whence You Came (Chromatic).

Enfin, pour clore la semaine, un autre vendredi moelleux, plus spécial celui-là, alors que nous ferons une virée chez Monk pour commémorer le décès de cet iconoclaste pianiste et compositeur, l’un des plus importants de toute l’histoire du jazz. Ai-je besoin de rappeler que c’est à ce moine solitaire qu’était Thelonious que nous devons l’un des standards les plus emblématiques de l’après-guerre, Round Midnight?

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.