Chargement en cours

avec
avec
Palmarès 2016 : 50 albums incontournables

Voilà arrivée la saison des bilans. Regard dans le rétroviseur : voici notre liste des 50 albums incontournables, par genre, parus en 2016. Bon, pour tout dire, c'est plutôt 55 albums. Que voulez-vous, avec une cuvée de si grande qualité, 5 disques de plus, ce n'est vraiment pas de trop !

Consultez également le palmarès 2016 de CBCMusic

Catégorie chanson-pop.

Klô Pelgag – L’étoile thoracique
Avec L’étoile thoracique, son deuxième album, l’ancienne Révélation Radio-Canada en chanson propose un bouquet de 13 pièces, chacune contenant son univers propre, voire fantasmagorique. Les textes suscitent des images parfois limpides, souvent impressionnistes, et la musique propose de larges panoramas, comme la finale très cinématographique et presque inquiétante d’Au bonheur d’Edelweiss. Klô Pelgag est dans la cour des grands.

Leonard Cohen – Want It Darker
Sur cette dernière offrande, Leonard Cohen dévoile ses introspections actuelles, ses souvenirs d’enfance et ses pensées sur la mort, inexorable. Pour mettre les mots et la voix en valeur, les arrangements se font encore plus sobres qu’à l’habitude et les sonorités acoustiques prédominent. Avec le « parrain de la mélancolie », même les chansons légères ont leur part d’ombre. Au revoir Monsieur Cohen.

Une webradio qui nous plonge dans l'univers poétique et musical unique du Montréalais Leonard Cohen. Que ce soit grâce à sa voix de basse chaleureuse ou celle de plusieurs autres grands artistes qui lui rendent hommage en interprétant ses chansons, vous serez profondément touchés par la puissance émotive de notre sélection.

Leonard Cohen (bien entendu), Rufus Wainwright, Ariane Moffatt, Diane Reeves, Jeff Buckley, Isabelle Boulay, Nina Simone, Philip Glass, etc.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.

Hay Babies – La 4ième dimension
Un solide deuxième album sur lequel les Hay Babies explorent le grunge, le soft rock et le rock psychédélique. De la nostalgie et de la mélancolie planent sur quelques chansons de ce disque où les cuivres ronds et les claviers pigent dans l’esthétique des années 60, 70 et même 80.

Charlotte Cardin – Big Boy
Difficile de passer à côté de ce premier microalbum de Charlotte Cardin. Il offre un mélange savoureux de piano et de rythmes électroniques, sur lesquels la chanteuse pose sa voix sensuelle influencée par le jazz. Que ce soit en anglais ou en français, la musicienne maîtrise haut la main l’art de la chanson pop. Charlotte a remporté le prix de la chanson SOCAN l’été dernier pour sa pièce Les Échardes.

Daniel Bélanger – Paloma
Trois ans après son country-rockabilly de Chic de ville, Bélanger nous revient avec Paloma. Ce sont dix chansons où la gravité et les constats désolés côtoient des mélodies magnifiques, aux temps variables. Un disque de tendresse, de déceptions, d’amours et d’inquiétudes. Bélanger peaufine les textures des instruments et de sa voix, visant la pureté de chaque son et de chaque voyelle. Vivement son retour sur scène !

Il y a tant à faire

Alex Nevsky – Nos eldorados
Oui, il y a beaucoup d’amour sur ce troisième album d’Alex Nevsky. Et pourquoi s’en plaindre ? C’est pop, dansant et franchement efficace. Quand tout semble mal aller, voilà un disque qui arrive comme un gros rayon de soleil qui réchauffe et qui fait du bien.

Benjamin Biolay – Palermo Hollywood
L’auteur-compositeur-interprète français démontre une fois de plus l’étendue de ses pouvoirs musicaux. Il nous offre cette fois une escale argentine, avec des arrangements chatoyants de bandonéon, de charango, de violons, de quelques trompettes et de douces percussions latines. Vous savez, ces artistes qui sont souvent là où on ne les attend pas? Eh bien, Biolay est l’un d’eux.

Yann Perreau – Le fantastique des astres
Yann Perreau a de quoi être fier : grâce à lui, tout le monde chante maintenant « j’aime les oiseaux » – le titre de la chanson francophone de l’été ! Avec ce cinquième album, Perreau nous invite à rider la vie et à cultiver cet état d’éveil qu’ont les enfants, même si le monde est à pleurer. À go, on danse!

J'aime les oiseaux

Karim Ouellet – Trente
Comment résister à la pop de ce jeune homme aux yeux ronds et au sourire narquois? C’est tout simplement impossible. Agile, notre ancienne Révélation en chanson (qui a maintenant passé le cap de la trentaine, d’où le titre de l’album) serpente les mélodies avec sa voix feutrée et son léger falsetto. Une réalisation minutieuse signée Claude Bégin.

Bernhari – Île Jésus
Ce deuxième album du chanteur à la voix haut perchée (qui fait penser à un croisement entre Jimmy Hunt et Philémon Cimon) est franchement épatant. À la fois sombre, poétique, synthétique et divinement cool, il a tout pour plaire aux amateurs de bonne pop.

Luc De Larochellière – Autre monde
Autre monde, c’est l’œuvre d’un artiste dont la grande maturité et l’intelligence d'écriture lui permettent d’être aujourd’hui au sommet de son art. Voilà un disque où Luc De Larochellière se dévoile intimement comme jamais, et c’est tout simplement magnifique. À écouter pour enfin rêver d’autre chose, d’un autre monde, parce que la vie se vit et ne se calcule pas. Sans faute.

Martha Wainwright – Goodnight City
Avec Goodnight City, Martha Wainwright marque un jalon important dans sa carrière, parce que les chansons de cet album sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres et parce que cet album est bouleversant de cohérence et d'humanité. À tout le moins, Goodnight City est sans aucun doute l’un des meilleurs parus cette année. Marquant et important.

Voici un condensé des succès de l'année. Retrouvez ici toutes les chansons qui ont abondamment tourné sur les ondes radio. Réunies ensemble, elles dressent le portrait d'une année musicale diversifiée et prolifique. De la pop joyeuse à la ballade introspective, ces compositions se sont démarquées avec brio.

Cœur de pirate, Philippe Brach, Safia Nolin, Jean Leloup, Ariane Moffatt, Les Cowboys Fringants, Yann Perreau, Fred Fortin, Laurence Nerbonne, Avec pas d'casque, Lisa LeBlanc, Les Hay Babies, Karim Ouellet.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.


Catégorie jazz.


Jazzamboka – Jazzamboka

Le premier album de Jazzamboka est une trame sonore en constante métamorphose où les percussions congolaises côtoient le saxophone aérien, les claviers envoûtants, la batterie nerveuse et imprédictible ainsi que la basse charnue. L’une des plus importantes nouvelles arrivées sur la scène musicale canadienne depuis longtemps.

Paolo Fresu et Omar Sosa – Eros
Avec Eros, Fresu, Sosa et Morelenbaum offrent un album beau comme pas possible, à la fois évocateur et charnel, mais toujours en subtilité et en raffinement. À ajouter à votre liste de lecture favorite, comme une réserve de douceur et de bien-être à portée d’écoute.

Snarky Puppy – Culcha Vulcha
Vous aimez votre jazz bien relevé? Alors, vous serez servis. Cette formation new-yorkaise, couronnée à deux reprises aux Grammys, a développé avec le temps une recette infaillible de groove : des basses musclées, des cuivres puissants et des guitares qui ont du chien.

Jacques Kuba-Séguin – Litania Projekt avec le Quatuor Bozzini
Notre Révélation Radio-Canada en jazz pour la saison 2012-2013 ne cesse de nous surprendre! Litania Projekt avec le Quatuor Bozzini est un savoureux cocktail de jazz et de musique classique, d’impro et de partitions écrites, de références au tango et à la symphonie, ainsi que de la suavité romantique. De quoi passer une excellente soirée.

Tord Gustavsen – What Was Said
Un album hymnique du Norvégien Gustavsen. Accompagné d'une chanteuse germano-afghane et de son fidèle compagnon Jarle Vespestad à la batterie, Tord Gustavsen, sur What Was Said, nous transporte hors du temps et des styles. Magnifique.

Theo Croker – Escape Velocity
L'un des trompettistes les plus prometteurs de la relève, Croker nous offre un jazz à la fois enraciné et porteur d'avenir. Sa trompette se fait soul, funk, bop, post-bop mâtiné d'électro, et encore plus. Vous avez l'impression d'avoir déjà entendu ça? Détrompez-vous. Croker est unique.

Beth McKenna Jazz Orchestra – Home : Montréal
Le Plateau-Mont-Royal et le Vieux-Montréal, entre autres, prennent ici vie grâce à l’écriture riche, mais remarquablement aérée, de la jeune compositrice. Les petits poèmes orchestraux témoignent de ses déambulations dans la ville et, en particulier, de son bonheur à y habiter.

Piano Caméléons – Piano Caméléons
Le mariage parfaitement équilibré du jazz et du classique, grâce à deux pianistes curieux et raffinés. Des mélodies bien connues revisitées de façon à la fois respectueuse et originale.

Quoi de neuf sur la scène jazz au pays? Toujours à l'affût, notre équipe a repéré les pièces à ne pas manquer dans ce qui est sorti récemment. Une liste musicale qui permet de faire de belles découvertes tout au long de l'année.

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.


Catégorie musique classique.

Quatuor Belcea – BRAHMS: String Quartets & Piano Quintet
Ce sont des chefs-d’œuvre absolus, incroyablement complexes, mais d’une désarmante puissance émotive. On est touchés au cœur par cette musique à la fois tendre et passionnée. Le Quatuor Belcea est tout à fait superbe, et le pianiste Till Fellne rapporte une touche de scintillement bienvenue dans le quintette.

Quatuor Ehnes – Schubert : La jeune fille et la mort
Le Quatuor Ehnes, du début à la toute fin, vous prend par les tripes et ne vous lâche plus jamais. Il y a peu de répit dans ce bijou : une énergie frénétique est presque constamment à l’œuvre, comme pour illustrer le jeu mortel qui se déroule entre la jeune fille et la mort. L’auditeur ne peut qu’être happé par cette histoire et ces mélodies.

Quatuor Ébène, Gautier Capuçon, Matthias Goerne – Schubert : String Quintet - Lieder
Le Quintette pour deux violons, alto et deux violoncelles en do majeur, D 956, de Schubert est une vraie merveille. Si vous ne le connaissez pas, plongez immédiatement dans cette version exceptionnelle réalisée par le Quatuor Ébène accompagné du violoncelliste Gautier Capuçon.

Chapelle musicale Reine Élisabeth – Édouard Lalo
Après des coffrets consacrés à Henri Vieuxtemps (paru en 2010) et à Camille Saint-Saëns (paru en 2013), c’est au tour d’Édouard Lalo d’être mis à l’honneur par les solistes les plus prometteurs formés à la célèbre institution d’enseignement de Bruxelles. Une fabuleuse découverte!

Paolo Fresu – Mare Nostrum II
Le trompettiste italien Paolo Fresu, l'accordéoniste français Richard Galliano et le pianiste suédois Jan Lundgren nous offrent un album de soie et de velours, de caresses et de volutes émotives subtiles. On entre ici dans le domaine du grandiose.

Harnoncourt – Beethoven : Symphonies nº 4 et 5
Le chef d'orchestre autrichien Nikolaus Harnoncourt est décédé le 5 mars dernier, à 86 ans. Avant de nous quitter, il nous a laissé un enregistrement ébouriffant des Symphonies nº 4 et 5 de Beethoven, à écouter absolument.

Charles Richard-Hamelin – Live
Si jeune et notre Révélation Radio-Canada 2015-2016 en classique offre déjà un premier album en concert. C'est tout simplement parce que le pianiste québécois est à son meilleur en présence d'un public attentif. Une communion artistique de plus haut niveau de qualité, où l'on trouve, entre autres, de la musique du compositeur fétiche de ce musicien, Chopin.

Charles Richard-Hamelin : Étude en la mineur, op. 25, no 11, "Vent d'hiver" (Chopin)

Teodor Currentzis – Don Giovanni, de Mozart
Currentzis est un jeune chef grec qui est allé diriger un orchestre dans la toundra russe, loin de tout. C'était toutefois pour mieux avoir les coudées franches. Depuis, sa vision iconoclaste, certains disent débridée et totalement décomplexée, de la direction musicale, en particulier celle des opéras de Mozart, en a fait une super vedette de la nouvelle génération des chefs d'orchestre.

L'OM avec Yannick Nézet-Séguin et la Symphonie nº 2 de Bruckner
Cela peut paraître incroyable, mais Yannick Nézet-Séguin a déjà été un petit prodige dont on surveillait la montée. Il est maintenant au sommet de l'élite mondiale en direction, et il est toujours aussi inspirant! Le nouveau chef du Metropolitan Opera de New York n'oublie jamais ses origines. L'Orchestre métropolitain (de Montréal) et devenu une formation de qualité mondiale grâce à lui, et cette symphonie de Bruckner magnifiquement interprétée en est la preuve.

Quoi de neuf en musique classique? Voici les plus récentes parutions, les surprises comme celles qu'on espérait depuis longtemps. Bonne écoute!

Cette webradio est une liste de lecture aléatoire gratuite créée avec soin par nos programmateurs musicaux.


Catégorie musique du monde.

ILAM – Hope
Le premier disque de la Révélation Radio-Canada en musique du monde est un album abouti, aussi nomade qu’urbain, où la joie des musiques sénégalaises croise la pop, le blues, le reggae et le folk. Impossible d’y résister.

ILAM chante African Woman

Solawa – Solawa
Solawa, c’est une musique lumineuse interprétée par cinq artistes d’origines diverses, dont une chanteuse métisse, un saxophoniste argentin, un percussionniste iranien et une harpiste québécoise. Un album où la formation montre l’étendue de son répertoire, passant de la langue crie à l’espagnol, à l’anglais et au français.

Constantinople – Passages
Sur son quinzième album, l’ensemble montréalais Constantinople poursuit son périple musical avec un disque où s’entrelacent habilement et poétiquement des musiques issues de traditions orientales différentes : perse, turque, libanaise, etc. De la sacrée belle et bonne musique.

Samito – Samito
Notre Révélation Radio-Canada 2015-2016 en musique du monde nous offre un premier album bellement métissé, qui nous donne l’impression que nous avons les deux pieds sur le béton de la métropole, mais l’oreille tendue vers un autre continent. Franchement, l’attente en valait la peine!

Céu – Tropix
Plus rythmé, plus pop et encore plus électro que les albums précédents, Tropix est tout simplement jouissif. Merci au père musicien et musicologue de Céu d’avoir baigné cette dernière dans toutes sortes de musiques depuis sa tendre enfance.

Nomadic Massive – The Big Band Theory
Seize pièces bien denses, des influences multiples (jazz, funk, rock, rap) et un flow de la mort; l’octuor a travaillé fort, et ça s’entend. Le plus beau dans tout ça, c’est que les multiples influences culturelles que l’on trouve au sein du groupe s’harmonisent parfaitement, nous donnant une représentation du tissu montréalais dans ce qu’il a de plus riche.

King Abid – King Abid
Vous souvenez-vous à quel point février dernier était glacial? En tout cas, avec ce premier album électro-reggae fait pour danser, le musicien de Québec a presque réussi à nous le faire oublier.

La Yegros – Magnetismo
Avec ce second disque, qui met à l’honneur la cumbia colombienne et l’électro (nu cumbia), la chanteuse argentine démontre que le courant de la musique du monde 2.0 est la terre de tous les possibles. Un univers musical à découvrir de toute urgence.

Flavia Coelho – Sonho real
Le troisième album de Flavia Coelho est un véritable cadeau ensoleillé. Des mélodies légères et des rythmes où se mélangent reggae, bossa et salsa. Avec des pièces comme Paraiso, impossible de ne pas laisser notre tête partir en voyage.


Catégorie alternatif.

Dales Hawerchuk – Désavantage numérique
Ce nouvel album des Dales Hawerchuk est rempli d’énergie et de lourdeur. À mi-chemin entre Queen of the Stone Age et Nirvana. Honnête et bien travaillé, ce Désavantage numérique nous réconcilie avec le rock qui sent le moteur de Zamboni. Par les temps qui courent, ça fait du bien de se mettre de la distorsion plein les oreilles!

Lisa LeBlanc – Why You Wanna Leave, Runaway Queen?
Troisième disque majoritairement anglophone de la belle bourrasque acadienne. Douze nouvelles chansons country-folk-rock, titillant le garage, le cajun et le western au passage. C’est joué et chanté avec aplomb comme elle seule sait le faire. Lisa, nous t’attendions.

Chocolat – Rencontrer Looloo
Le troisième album de la bande à Jimmy Hunt est l’une des belles surprises de l’année. Plus planant que Tss Tss, paru en 2014, Rencontrer Looloo est un disque quasi psychédélique qui a tous les ingrédients pour traverser le temps.

Suuns – Hold/Still
Ceci n’est pas un album ordinaire : c’est une expérience sensorielle. Objet à la forme sauvage, complexe, le troisième disque du groupe montréalais nous donne parfois la sensation que nous sommes étouffés ou encore pris dans un immense tourbillon (dont la seule sortie est la fin du disque). Certes, il ne s’agit pas d’une musique facile; mais ciel que c’est original !

Laura Sauvage – Extraordinormal
Irrévérencieuse, drôle et douée, Laura Sauvage a le calibre d’une artiste internationale, comme une certaine Courtney Barnett, à qui on la compare souvent. Elle nous avait déjà convaincus de son talent au sein du trio folk acadien Les Hay Babies, mais là, elle nous jette à terre avec ce premier album solo étonnamment abouti. Merci au réalisateur, Dany Placard.

Plants and Animals – Waltzed in from the Rumbling
Ce quatrième album est d’une solidité à toute épreuve. Les arrangements coulent de source et réussissent à nous plonger dans la nostalgie d’une musique qu’on a l’impression de connaître depuis longtemps, même si on l’entend pour la première fois. C’est bon signe.

Bronswick – Chassés-croisés
On se croirait presque au cinéma, tant l’univers musical proposé par le talentueux duo est cohérent, crédible et bien construit. Le genre de minidisque qu’on a envie d’écouter en boucle.


Catégorie country-folk.

Fred Fortin – Ultramarr
Fred Fortin nous a pris par surprise avec Ultramarr, album annoncé quelques semaines seulement avant sa parution. Et il ne nous a pas déçus. Avec son vieil ami et complice Olivier Langevin, il nous balance une dose plus qu’appréciable de rock-folk suintant l’huile à moteur deux-temps, avec des titres qui vont droit au but. Un album solide qui a, entre autres, valu à Fortin le Félix de l’album de l’année, choix de la critique, au dernier Gala de l’ADISQ.

Avec pas d’casque – Effets spéciaux
« J’arrive, à pleine lenteur », chante Stéphane Lafleur sur la pièce Il fait noir de bonne heure. Et c’est exactement ce qu’il fait tout au long de ce somptueux disque de sa formation Avec pas d’casque. Neuf pièces country-folk où le talent d’auteur de Lafleur s’entend plus que jamais tout comme la richesse des orchestrations. On frôle la perfection.

Sylvie Paquette chante Anne Hébert – Terre originelle
La poésie d’Anne Hébert, mise en musique par Sylvie Paquette avec des arrangements de Yves Desrosiers et Philippe Brault. Résultat ? Un des albums les plus envoûtants de l’année. Paquette possède ce trémolo parfait pour nous chanter des mots fragiles et nous faire goûter à cette poésie suggestive. Un disque essentiel.

Menoncle Jason – Dans son prime
Ça ne peut certainement pas être plus country/Johnny Cash/1950. Entre la caricature et la démarche sérieuse, on voyage dans une autre époque. On a même enregistré la chose sur ruban analogue. Pour l’auditeur, le plaisir est total !

Richard Séguin – Les horizons nouveaux
Richard Séguin arrive encore à étonner. Son regard poétique sur les enjeux sociaux est toujours juste. Son folk est intemporel et avec Les horizons nouveaux, il confirme plus que jamais la place importante qu’il occupe dans le paysage de la chanson québécoise. Après quatorze albums, Séguin est encore au-dessus de la mêlée.


Catégorie hip-hop.

Koriass – Love suprême

Le monde individualiste et superficiel d’aujourd’hui vu à travers le prisme de Koriass, qui pige au passage quelques sonorités des années 90. Ce quatrième disque affirme à nouveau que ce rappeur établi à Québec fait partie des MC les plus doués de la province. Lors du Premier Gala de l’ADISQ, en octobre dernier, Koriass est reparti avec deux statuettes : pochette de l’année et album hip-hop de l’année.

Dead Obies – Gesamtkunstwerk
Un disque aux textes touffus, fait dans l’esprit du hip-hop avec beaucoup de savoir-faire et de références, ce Gesamtkunstwerk – titre qui fait référence au concept d’œuvre totale de Wagner – est probablement la plus grosse sortie québécoise en hip-hop de l’année.

Loud Lary Ajust – Ondulé
Encore une fois, le trio frappe fort. Des textes qui dépeignent une jeunesse à la fois avide de plaisir, ambitieuse et tourmentée, tout ça sur deux tons : détendu ou hargneux. Si vous avez envie d’un rap musclé qui décape, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Kaytranada – 99 %
Un délicieux mélange valsant entre R’n’B, hip-hop, jazz, soul, trip-hop et disco; le premier album du producteur montréalais est une grande réussite. Il s’agit d’un artiste qui a le vent en poupe.

Alaclair Ensemble – Les frères cueilleurs
Le quatrième album d’Alaclair Ensemble est peut-être leur plus abouti. Réalisé avec brio par Vlooper, cet opus du collectif est résolument rap. Les textes sont encore parsemés de jeux de mots brillants et de cet humour qui caractérise le groupe. Ça colle à l’oreille et l’on y revient souvent.

Vous aimerez également :

Notre sélection de webradios

Les Révélations Radio-Canada