Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Les perles lyriques du web : nouvelle livraison!
Par
Sylvia L'Écuyer

Date de publication

23 mars 2017

Genre

Le vidéoclip classique, ça existe? Mais oui! Bon, d’accord, on n’est pas inondés, mais la tendance est à la hausse.

Depuis que je me suis donné la mission d’aller pêcher pour vous les perles lyriques du web, je me suis rendu compte que ma mission est aussi hasardeuse que celle des véritables pêcheurs de perles. Les vraies perles sont rares. Le web est peuplé de bandes-annonces pour des productions d’opéra ou de nouveaux DVD, de documents d’archives dont la qualité est souvent déplorable, ou de productions vidéo sans grand intérêt.

Je vous ai tout de même déniché les trois perles que voici.

Avez-vous déjà pleuré à l’opéra? Avez-vous déjà ri? À l’opéra, on passe parfois du rire aux larmes, les émotions étant exacerbées par la musique. C’est parfois le sujet même de l’intrigue qui nous bouleverse, la mise en scène qui nous surprend ou la pure beauté de la musique qui nous emporte. Aujourd’hui, je vous offre l’émotion.

La saison dernière, l’Opéra de Paris a créé La 3e Scène, un site de productions vidéo sous forme documentaire dont la réalisation est confiée à de jeunes cinéastes et vidéastes indépendants. Si les sujets sont extrêmement variés, la qualité des productions est constante et de très haut niveau. Certains critiques ont émis des doutes sur la pertinence de telles productions « en songeant au régime amincissant auquel sont soumis les budgets de la plupart des maisons d’opéra, en France et ailleurs ». Combien ça coûte? demande Forum Opéra. En général, les productions sont sobres et à budget modéré, mais surtout, elles rejoignent un nouveau public – quand le rappeur Abd al Malik s’intéresse à Otello par exemple. Ici, la grande actrice Nathalie Baye et le jeune humoriste Vincent Dedienne assistent à une représentation de Médée, de Cherubini. La relation conflictuelle entre la mère et le fils prend toute la place, mais on a aussi envie d’entendre tout l’opéra.

Dès sa sortie en 2011, le film Les intouchables a bousculé les conventions. D’abord pour la trame bien sûr. Philippe (François Cluzet), un intellectuel aristocrate et millionnaire devenu tétraplégique à la suite d’un accident, embauche Driss (Omar Sy), un jeune homme qui a eu des ennuis avec la justice, comme soignant : une improbable amitié se développe entre les deux hommes. Le film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, à l’humour sans concessions, surprend aussi par une trame sonore habilement ficelée par Ludovic Einaudi, qui passe sans sourciller de Schubert à Nina Simone et de Mozart à Rimsky-Korsakov. Mais le moment le plus irrésistible est celui de la scène de l’opéra :


C’est l’air de Max dans le premier acte du Freischütz, de Weber. Quant au costume, je n’ai malheureusement aucune explication à vous offrir.

Ma troisième perle aujourd’hui est aussi une scène de film, mais son rapport à l’opéra est strictement musical. Il s’agit de la fascinante scène d’ouverture du film de Lars Von Tier Melancholia, qui date aussi de 2011. Je l’ai regardée des dizaines de fois : sur le prélude de Tristan und Isolde, des images mystérieuses et d’une grande beauté défilent au ralenti : deux planètes qui n’auraient jamais dû se rencontrer se heurtent et se détruisent. Tous les personnages ont une dimension dramatique plus grande que nature. On se croirait à l’opéra.

Vos commentaires sont les bienvenus!


De la troisième livraison :

Commercialisé sur DVD en 2008, ce Winterreise (Le voyage d’hiver) intégral de Schubert par le ténor anglais Ian Bostridge a été réalisé par l’Américain David Alden, un prolifique metteur en scène de théâtre et d’opéra et réalisateur de films. Récitaliste renommé, spécialiste du lied, Bostridge livre une interprétation dépouillée, intense et fort émouvante du cycle entier, avec la collaboration de son partenaire de prédilection, le pianiste Julius Drake. J’ai souvent trouvé que les lieder de Schubert recevaient de la part de Bostridge un traitement un peu trop précieux et retenu, mais ici (est-ce l’influence du réalisateur à la sensibilité musicale plus viscérale?), l’interprétation est juste et chargée d’émotion.

David Alden, dont le frère jumeau, Christopher, est aussi metteur en scène d’opéra, a choisi d’exprimer la douleur de la condition humaine, comme il a su le faire dans ses productions de Wozzeck à Los Angeles, dont l’action se situait pendant la guerre du Vietnam, ou dans Salome, situé en Lituanie après 50 ans d’occupation et de persécution sous le régime soviétique. Actif en Europe tout au long de sa carrière, David Alden a travaillé une vingtaine d’années à l’English National Opera et au Bayerische Staatsoper.

Visuellement très dépouillée, la production s’accorde avec l’interprétation de Bostridge, seul face à l’écran sauf dans Im Dorfe, où cinq personnages en costumes des années 1830 représentent les habitants du village, à la fois indifférents et menaçants.

Regardez d’abord le premier lied :


Vous aurez sans doute l’envie de regarder le cycle en entier :

La deuxième perle ne vous étonnera pas, puisque vous savez mon admiration pour la soprano Barbara Hannigan, qui nous a déjà fourni une première perle en début de saison. À la suite de l’entrevue que j’ai réalisée avec elle et des questions que vous m’avez adressées, j’ai choisi de vous présenter une vidéo captée lors d’un concert au Concertgebouw d’Amsterdam, sa ville de résidence, en 2015. Il y a quelques années, Barbara Hannigan a amorcé une carrière de direction d’orchestre, qu’elle entend bien développer à part entière, mais pour l’instant, il lui arrive souvent de diriger et de chanter à la fois. Vous étiez curieux de savoir comment elle y arrivait. Voici une vidéo où elle chante et dirige un extrait du Rake’s Progress, de Stravinsky.


Barbara Hannigan reprend ces jours-ci un de ses rôles fétiches, celui de Lulu , à Hambourg, sous la direction de Kent Nagano, avant d’entreprendre une tournée européenne avec les orchestres de la radio suédoise et celle du Tonhalle de Zurich, où elle dirigera et chantera Berg, Ligeti, Debussy et Stravinsky. En juin, elle créera à Glyndebourne l’opéra Hamlet de Brett Dean, où elle sera bien sûr Ophélie.

J’ai hésité à vous proposer ma troisième perle parce que le commentaire de ce documentaire sur l’enregistrement de Don Giovanni par Teodor Currentzis pour la maison Sony est en anglais. Mais la qualité des images, la découverte du théâtre de Perm perdu au cœur de la Russie où Currentzis a choisi de travailler dans la plus complète isolation, condition selon lui pour conserver son indépendance artistique, méritent un visionnement. Il faut mentionner aussi la présence de son magnifique orchestre de Perm, du chœur Anima Eterna, en nomination cette année pour les International Musica Awards, et d’une fabuleuse distribution qui comprend Karina Gauvin, chargée du rôle de Donna Elvira. Voici donc une visite à Perm qui vaut le détour :

Merci de me faire part de vos commentaires sur cette nouvelle livraison. Vous pouvez le faire à placealopera@Icimusique.ca.


De la seconde livraison :

Les perles que je vous propose aujourd’hui sont signées par des artistes engagés, en pleine possession de leur art, qui osent faire partager leurs angoisses et leurs passions, parfois avec candeur et spontanéité, parfois avec un suprême raffinement. Ce qui me séduit par-dessus tout, c’est l’authenticité de leur démarche et leur immense talent.

Depuis maintenant plus d’un mois, Joyce DiDonato est partie en croisade, une croisade pour promouvoir la paix, dénoncer les horreurs de la guerre et, surtout, apporter le réconfort de la musique aux quatre coins du monde. Son dernier disque, In War and Peace, a été inspiré d’une part par les événements tragiques de 2015 à Paris, qui ont complètement réorienté le projet d’enregistrement qu’elle avait planifié avec l’ensemble Il Pomo d’Oro et, d’autre part, par sa fulgurante maîtrise du répertoire baroque. J’ai eu le privilège d’assister à Vancouver, le 30 novembre dernier, à l’un des concerts de la tournée « Guerre et paix » de la mezzo américaine. À défaut de pouvoir vous présenter le concert, je vous offre cette bouleversante vidéo :

In War and Peace – Joyce DiDonato :

La dernière émission de la saison d’automne de Place à l’opéra était consacrée à la diffusion de l’opéra de Mozart La Clemenza di Tito, en direct du Teatro Real de Madrid. Dans le rôle de la vilaine Vitellia, la soprano Karina Gauvin. Celle-ci m’a dit en entrevue que bien qu’on lui confie très souvent des rôles de méchante, elle est quelqu’un d’extrêmement doux et aimable. Elle a ajouté que si elle jouait et chantait bien son rôle, le public serait tenté de la huer à la tombée du rideau (!) parce que son personnage n’arrive pas, malgré son repentir final, à gagner la sympathie du public. J’avais déjà rencontré Karina Gauvin en 1996, quand elle a remporté le prix Jeune soliste des Radios francophones publiques. Que de chemin parcouru! Elle est tout aussi spontanée et attachante aujourd’hui. La vidéo sur un air de samba qu’elle a réalisée avec sa sœur Nathalie en début d’année est un trésor de spontanéité et de tendresse fraternelle. Et Karina sait chanter une samba!

La samba de Nathalie et Karina :

Et puisque Jonas Kaufmann est absent de la scène depuis maintenant quelques mois, je vous offre le plaisir de le suivre dans les coulisses de l’Opéra de Paris Bastille, dans le métro parisien et dans l’intimité de sa loge juste avant une représentation de La damnation de Faust de Berlioz. Cette vidéo, comme celle de Barbara Hannigan que je vous ai présentée le mois dernier est produite, par la 3e Scène de l’Opéra de Paris.

Pour les fans du grand ténor qu’on a hâte de retrouver sur scène :

Suivez donc la mesure, un film de Valérie Donzelli – Opéra de Paris 3e Scène :


De la première livraison :

Ceci est une initiative de la mezzo-soprano Mireille Lebel. Originaire de Vancouver, Mireille réside à Berlin depuis quelques années. L’effervescence artistique de Berlin, la proximité de dizaines de maisons d’opéra d’Allemagne et le contact avec des artistes de toutes disciplines l’ont inspirée. Elle a proposé à son ami le compositeur Samy Moussa de tourner une vidéo pour une de ses mélodies, The Sick Rose. La voici, sur une chorégraphie d’Esther Ambrosino, une disciple de Pina Bausch, avec le danseur Anton Rudakov. On y profite de la voix et la présence de Mireille Lebel, qui crève l’écran.

Psst! La Symphonie no 1 de Samy Moussa, une œuvre de 45 minutes, commande de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) pour le 375e anniversaire de la métropole, sera créée en mai 2017. 

Mireille Lebel sera à la salle Bourgie les 17 et 18 décembre pour interpréter l’Oratorio de Noël avec I Musici de Montréal.

Depuis des mois, plusieurs vidéos de la soprano canadienne Barbara Hannigan circulent sur le web : elle chante Ligeti, Debussy, George Benjamin, Unsuk Chin. L’automne dernier, l’Opéra de Paris a inauguré son nouveau site web, la 3e scène, avec elle. Le clip de 15 minutes de Mathieu Amalric, intitulé C’est presqu’au bout du monde, est sidérant, quasiment hypnotique. L’artiste a voulu répondre à la question : D’où viennent les voix humaines?

Psst! Le prochain film de Mathieu Amalric, dont il sera le scénariste et réalisateur, sortira en 2017. Titre : Barbara

Barbara Hannigan sera de retour chez nous en 2018

On l’a entendu récemment à Montréal, dans la création d’une œuvre de Brian Current avec le chœur de l’OSM et l’orchestre. Plus tôt cette saison, Frédéric Antoun était au micro de Place à l’opéra pour nous présenter son rôle dans le dernier opéra de Thomas Adès, The Exterminating Angel. La première a eu lieu au prestigieux Festival de Salzbourg. À la mi-novembre, on l’entendra à nouveau à l’émission dans la recréation de l’opéra Proserpine, de Camille Saint-Saëns, captée à Munich. Frédéric est un chantacteur naturel. Le voici dans un extrait d’Iphigénie en Aulide avec la soprano Véronique Gens.

P.-S. Il sera bientôt en route pour Paris pour une nouvelle production de Cosi fan tutte au Palais Garnier (en compagnie de Michèle Losier et Philippe Sly!).

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.