Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Place à l'opéra présente The Exterminating Angel de Thomas Adès, inspiré d'un film de Luis Bunuel
Par
Frédéric Cardin

Date de publication

17 sept. 2016

Genre

TRÈS IMPORTANT : Pour écouter Place à l'opéra en direct, allez sur la page d'accueil d'ICIMusique.ca et activez le bouton "Play" dans le carré rouge en haut à droite.

VERY IMPORTANT : to listen to the opera, go on ICIMusique.ca's main page and click on the play button in the upper-right red square. The button will be active at 12h56 PM.

CONSULTEZ EN DIRECT LE LIVRET DE THE EXTERMINATING ANGEL DE THOMAS ADÈS (EN ANGLAIS)

Consultez le clavardage de samedi pour y trouver les indices qui vous permettront de participer au tirage d'un album de L'Heure espagnole de Ravel :

  

Résumé : 

Lors d'une réception organisée chez un aristocrate mexicain se produit un étrange événement : nul ne semble pouvoir quitter la maison. Tout d'abord le départ de chacun est reporté, sous un prétexte quelconque ; puis, à partir du matin, se manifeste une impossibilité aussi physique que psychique de sortir de la maison, sous l'effet d'une étrange force invisible. Les invités et leurs épouses restent enfermés dans le salon, avec le seul majordome, les autres domestiques ayant tous mystérieusement démissionné, avant le début de ces événements. De même, à l'extérieur, les autorités, la police, les familles se trouvent-elles également incapables de franchir le portail de la propriété.

Durant la durée de l'enfermement, qui dure plusieurs jours, on assiste à la révélation du caractère et de la personnalité des protagonistes. La faim, la soif sont interrompues après quelque temps par le percement d'une canalisation, puis par l'étrange apparition d'animaux vivants, des agneaux dont le sacrifice contribue en même temps à la montée en violence primitive de la situation. Le huis-clos absurde, la promiscuité, l'impossibilité de se laver, entraînent une déshumanisation, un effacement des apparences et des conventions sociales, si soignées d'ordinaire. Les tromperies, la cruauté se révèlent, et les dernières heures d'enfermement montrent une tension extrême, une grande violence psychique. La seule solution devient alors de contraindre l'hôte, jugé responsable, au suicide, selon le mécanisme du bouc émissaire. Ce plan funeste échoue de peu grâce à la levée de la « malédiction », un des invités ayant l'idée de reproduire un certain moment de la nuit initiale, permettant aux invités de sortir et d'aller à la rencontre des secours qui, de leur côté, n'avaient pas été en mesure de franchir le portail de la maison.

L'oeuvre est en quelque sorte circulaire : à la fin, les notables se réunissent dans la cathédrale pour une messe d'Action de grâce. Mais à l'issue de la cérémonie, le même mécanisme semble recommencer. On voit alors des moutons gravir l'escalier vers le porche de l'église, bien plus nombreux que lors du premier enfermement ; ils entrent dans l'église, et les portes se ferment. À l'extérieur, une émeute éclate. Les cloches du jugement dernier (allusion au titre, tiré de l'Apocalypse) sonnent à toute volée...

Source : Wikipedia

 

DISTRIBUTION

Une production du festival de Salzbourg

Amanda Echalaz, soprano (Lucia)

Audrey Luna, soprano (Leticia)

Anne Sofie von Otter, mezzo-soprano (Leonora)

Sally Matthews, soprano (Silvia)

Christine Rice, mezzo-soprano (Blanca)

Sophie Bevan, soprano (Beatriz)

Charles Workman, tenor (Nobile)

Frédéric Antoun, tenor (Raul)

David Adam Moore, baryton (Colonel)

Iestyn Davies, contreténor (Francisco)

Ed Lyon, ténor (Eduardo)

Sten Byriel, baryton-basse (Russel)

Thomas Allen, baryton (Roc)

John Tomlinson, basse (Doctor)

Morgan Moody, baryton-basse (Julio)

John Irvin, ténor (Lucas)

Franz Gürtelschmied, ténor (Enrique)

Rafael Fingerlos, baryton (Pablo)

Frances Pappas, mezzo-soprano (Meni)

Anna Maria Dur, mezzo-soprano (Camila)

Cheyne Davidson, baryton (Padre)

Le chœur Bach de Salzbourg et l’orchestre de la Radio Autrichienne

En entrevue:

Le ténor Frédéric et le chef Thomas Adès

 

Source photos d'entête : Salzburger Festspiele - Monika Rittershaus

 

Restez à l'affût!

Consultez le blogue de Sylvia L'Écuyer et abonnez-vous à notre infolettre classique!

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.