Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Les 30 meilleures chansons québécoises des années 1970

Date de publication

12 août 2016

Cela n’a pas toujours été facile de trouver des clips de qualité sur le réseau, qui évidemment n’existait pas à l’époque. En espérant que ces grandes chansons vous rappellent l’époque des cheveux longs pour les filles comme pour les garçons!

Écoutez également le meilleur des années 1980 et 1990.

 

30. Les Séguin - Le train du nord

C’est avec l’aide de Gilles Valiquette que Richard et Marie-Claire Séguin concoctent en 1973 leur version folk rock de ce classique bluesy de Félix Leclerc. Un succès instantané qui tourne fréquemment à la radio.

29. Tex Lecor - Frigidaire

Tex Lecor ne l’a pas écrite, mais il l’a rendue célèbre! Après son énorme succès, cette chanson de Georges Langford a été traduite en 10 langues. On y pense instantanément quand on évoque le nom de Tex Lecor, qui se consacre toujours avec autant de passion à la peinture, après avoir été auteur-compositeur, humoriste, pilote de brousse et animateur.

28. Zachary Richard - Travailler c'est trop dur

Ce chant traditionnel américain, qui suggère de vivre d’amour et de musique, Zachary Richard nous l’a fait découvrir en 1977 avec l’album Mardi gras. On l’a adoptée (ainsi que Zachary!), et elle fait depuis partie de ces chansons que nous connaissons par coeur et qui se transmettront encore de génération en génération.

27. Steve Fiset - Les chemins d'été

L’été 1970 s’annonce beau avec cette chanson, qui fait de Steve Fiset la vedette de l’heure! Luc Plamondon compose cette chanson avec André Gagnon en s’inspirant véritablement de la Camaro et d’un voyage à San Francisco. Quarante-cinq ans après, on a toujours plaisir à entendre ce succès en voiture.

26. Robert Charlebois - Entr' deux joints

Du rock enflammé en français et un texte de Pierre Bourgault : voilà Ent’ deux joints, une chanson post-Révolution tranquille qui veut nous réveiller. Elle est devenue un des morceaux d’anthologie de Charlebois, qui ajoute un nombre impressionnant d’incontournables à la musique québécoise dans les années 70.

25. Renée Claude - Le début d’un temps nouveau

Avec ses paroles « peace and love » et sa mélodie exaltée, cette chanson décrit à merveille l’état d’esprit des Québécois à l’aube d’une décennie remplie d’espoir. Elle est aussi un des nombreux exemples de la collaboration prolifique entre l’auteur Stéphane Venne et la chanteuse Renée Claude.

24. René Simard - L'oiseau

En 1971, René Simard connaît un début de carrière fulgurant avec cette chanson et devient le chouchou des Québécois. Ce succès ouvrira même les portes de la Place des Arts au petit Simard qui n’a pas encore 10 ans. Encore aujourd’hui, L’oiseau est demeure sa chanson la plus célèbre.

23. Raoûl Duguay - La bitt à Tibi

Raôul Duguay a grandi à Val-d'Or. C’est un pur produit de l’Abitibi (toute neuve à sa naissance), et sa chanson La bitt à Tibi est un hommage à cette contrée aux températures trop souvent nordiques. Long reel de près de 6 minutes, la chanson se termine sur des borborygmes assez drôles de l’artiste. Une autre chanson en faveur de l’indépendance du Québec.

21. Pauline Julien - Mommy

Mommy daddy a été popularisée par Pauline Julien dans les années 1970. La chanson, dont la musique a été composée par Marc Gélinas et dont les paroles ont été écrites par Gilles Richer et Marc Gélinas (Pauline Julien a légèrement changé les paroles de l’original, tout comme son titre), a marqué la musique canadienne. Pourquoi? Tout simplement parce qu’elle réussit comme aucune autre à parler des fameuses deux solitudes canadiennes. La chanson à été écrite pour le film Tiens-toi bien après les oreilles à papa de Gilles Richer en 1971.

21. Octobre - La maudite machine

Les paroles et la musique de La maudite machine sont signées en 1971 par le jeune Pierre Flynn. Le meneur du groupe Octobre, qui va connaître une belle carrière solo, chante alors toute la révolte que ressent une partie de la jeunesse devant l’exploitation ouvrière et l’abrutissement du capitalisme. Une chanson toujours aussi pertinente.

20. Nanette workman - Lady Marmalade

Voulez-vous coucher avec moi ce soir? Après avoir chanté comme choriste avec les Rolling Stones, la plus québécoise des Américaines Nanette Workman, lance son album Lady Marmelade en 1975. C’est le début de la vague disco qui deviendra aussi très populaire chez nous. Nanette Workman a par la suite chanté sur le disque de l'opéra rock Starmania. Mais Lady Marmalade est vraiment la chanson qui va lui coller le plus à la peau.

19. Michel Pagliaro - J’entends frapper

Après un détour par les studios d’Abbey Road, où il enregistre un disque en anglais, Michel Pagliaro connaît le succès avec une chanson en français. En 1972, J’entends frapper, tiré de son disque Pag, révèle à tous ceux qui ne le connaissaient pas encore son talent, que dire, son don, pour les mélodies rock.

18. Louise Forestier - Dans la prison de Londres

Après avoir chanté avec Charlebois dans l'Osstidcho, après Lindbergh et California, la chanteuse et comédienne québécoise travaille avec Claude Lafrance, des Karrik (groupe qui s’est sabordé en 1972). Ils adaptent ensemble cette reprise d’une chanson traditionnelle, Dans la prison de Londres. Quand le reel devient populaire.

17. Les Karrik - Au chant de l'alouette

Les Karrik, c’est d’abord et avant tout un duo exceptionnel de guitaristes. Claude Lafrance et Michel McLean vont connaître le succès avec leurs reprises de chansons folkloriques entre terroir et musique progressive. La plus connue? Au Chant de l'alouette.

16. Jim et Bertrand - La tête en gigue

Le duo Jim et Bertrand se forme en 1972. À l’époque du retour à la terre, Jim Corcoran et Bertrand Gosselin font de la musique folk, qui ne cesse d’être populaire depuis Bob Dylan. Le groupe connaît son plus grand succès en 1978 avec son troisième album, La tête en gigue.

15. Boule noire - Aimes-tu la vie comme moi?

En 1975, Georges Thurston décide de changer son nom pour Boule noire. Un nouveau nom qui lui colle à la peau, lui qui porte fièrement l’afro. Auteur-compositeur-interprète, producteur et animateur de radio québécois, il va connaître son premier succès avec la chanson Aimes-tu la vie ?, en 1976. Georges Thurston a malheureusement succombé à un cancer en 2007.

14. Ginette Reno - Je ne suis qu’une chanson

Après avoir connu du succès dans les années 1960, Ginette Reno continue à plaire dans les années 1970. Une grande décennie pour la grande voix qui enchaîne les tubes à la radio et les apparitions télé. En 1979, elle lance une chanson qui encore aujourd’hui incarne vraiment ce qu’elle est : Je ne suis qu’une chanson.

13. Gilles Valiquette - Je suis cool

Intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens, Je suis cool est un classique de notre répertoire. Gilles Valiquette la compose en 1973 et obtient un succès instantané. Il sera d’ailleurs sur les planches pendant la décennie qui suit. Gilles Valiquette est un personnage important de notre musique. Il a, depuis, réalisé de nombreux albums pour Plume Latraverse, Daniel Lavoie, Richard Séguin, Paul Piché, Pierre Bertrand, Renée Claude… La liste est longue. Il est encore aujourd’hui très actif dans le monde de la musique.

12. Garolou - Ah, toi belle hirondelle

Garolou se forme en 1975. Le groupe, dont les membres sont franco-ontariens et québécois, s’inspire du répertoire traditionnel canadien-français pour écrire ses chansons résolument rock. Une mode très populaire à l’époque. D’autres d’artistes comme Les Karrik vont aussi puiser dans la musique traditionnelle qui fait un retour en force, entre autres, avec La bottine souriante.

11. Fabienne Thibeault - Le monde est stone

Fabienne Thibeault participe au Festival de la chanson de Granby en 1972. Ensuite, elle chante avec Plume Latraverse, Sylvain Lelièvre, Gilles Vigneault et Clémence Desrochers. Après un premier disque, elle connaît un immense succès en 1978 avec Starmania, dans lequel elle tient le rôle de Marie-Jeanne. C’est la voix des grands airs de l’opéra rock Un garçon pas comme les autres, Les uns contre les autres, La complainte de la serveuse automate et Le monde est stone. Grâce cette chanson, Fabienne Thibeault est aussi devenue populaire en France.

10. Diane Dufresne - J'ai rencontré l'homme de ma vie

Le premier album de Diane Dufresne, Tiens-toé ben, j'arrive!, sort en 1972. Il se vend à plus de 100 000 exemplaires, rien qu’au Québec. Avec son accent montréalais bien assumé et sa féminité affirmée, Diane Dufresne s’impose. Les textes du disque sont presque tous signés Luc Plamondon, et la musique, par le brillant François Cousineau. J'ai rencontré l'homme de ma vie est le morceau qui propulse vers les sommets la grande artiste.

9. Paul Piché - Heureux d’un printemps

Paul Piché frappe fort dès son premier disque À qui appartient l'beau temps ?, qui sort en 1977. La première chanson de l’album, Heureux d’un printemps va être adoptée illico par le public. Dénonciatrice et revendicatrice, la chanson s’inscrit dans le mouvement indépendantiste de la fin de la décennie. C’est devenu depuis une chanson obligatoire autour d’un feu de camp.

8. OffenbachCâline de blues

Des cendres du groupe les Gants Blancs naît Offenbach. La bande de rockeurs, menées par l’unique Gerry Boulet, à la voix rauque taillée pour le genre musical et qui roule ses r, se retrouve dans une discothèque de Saint-Sauveur au début des années 1970. Avant de monter sur scène, pour un spectacle, Gerry et la troupe improvisent un blues. Un des membres du groupe, Pierre Harel, est alors en coulisse et traduit en français ce que chante Gerry en anglais… C’est comme cela qu’est né le classique du rock québécois : Câline de blues.

7. Plume - Bobépine

Plume, c’est l’invité qui dérange, celui qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas. Le roi de la contre-culture québécoise, l’effronté, celui qui s’est donné le personnage du mauvais garçon, lance son troisième disque Le vieux show son sale en 1975. L’album contient une chanson marquante, qu’il a longtemps détestée : Bobépine. Réclamée par le public à chaque concert, la chanson va devoir l'accompagner pendant toute sa carrière, qui est loin de se résumer à celle-ci.

À lire également : Plume pou digne fête ses 40 ans

6. Claude Dubois - Besoin pour vivre

Les années 1970, c’est la décennie de Claude Dubois. En mai 1973, il lance son quatrième album appelé Touchez Dubois. On retrouve sur le disque quelques-uns de ses grands succès : Femmes de rêve, La vie à la semaine, Bébé jajou latoune et Besoin pour vivre. Cette dernière incarne particulièrement bien l’esprit de la décennie, un peu bohème, un peu hippie, très... nature. Dubois chante : J'ai besoin pour vivre sur terre de soleil et de pluie / De légumes et de fruits / J'ai besoin de bouger, de dormir et manger/ J'peux pas vivre sans être aimé.

5. Starmania - Le blues du businessman

L’opéra rock Starmania, sort en 1978. Il va devenir extrêmement populaire. Parmi toutes les chansons de l’œuvre, on trouve Le blues du businessman, qui fait maintenant partie des grandes chansons françaises. Starmania à été composé par le génie français de la musique Michel Berger, et les textes sont du grand parolier québécois Luc Plamondon. Dans la première version sur disque de l’opéra rock, paru à l’automne 1978, c’est Claude Dubois qui campe le personnage de Zero Janvier et qui…. aurait voulu être un artiste!

4. Jean-Pierre Ferland - Le petit roi

Jusqu’en 1970 Jean-Pierre Ferland est plutôt associé à la grande tradition de la chanson française, mais au tournant de la décennie, l’artiste apparaît sous un nouveau jour avec son disque Jaune. L’album-concept, un peu comme Abbey Road, des Beatles, propose une succession de chansons, entre psychédélisme et rock, qui s’enchaînent les unes à la suite des autres dans un rythme fou. L’œuvre est complètement révolutionnaire et secoue toute la musique québécoise. Mais dis donc, boule de gomme… serais-tu devenu un homme?

3. Harmonium - Pour un instant

À la mi-1973 aucune compagnie de disque ne veut d’Harmonium. Le groupe fondé par Serge Fiori et Michel Normandeau fait des chansons trop longues, selon les patrons de l’époque. Heureusement, fin 1973, la compagnie ontarienne Quality Records décide de se lancer dans l’aventure. Harmonium sort donc son premier disque homonyme le 20 février 1974. Le public découvre alors l’immense talent du groupe. L’album est composé de superbes chansons aux harmonies vocales magnifiques. Le disque est parsemé des bruits d’enfants et de printemps qui s’éveille. Le groupe va devenir très populaire au Québec, et le disque va se vendre à plus de 125 000 exemplaires dans les mois suivant sa sortie.

2. Gilles Vigneault - Gens du pays

En 1975, Louise Forestier et Yvon Deschamps lancent un défi à notre poète national, Gilles Vigneault : écrire une chanson pour remplacer le fameux Happy Birthday. Gilles Vigneault se met au travail, écrit le texte, et demande alors de l’aide à Gaston Rochon pour la musique. Voilà comment Gens du pays est né. Chanté pour la première fois le 24 juin 1975 sur le mont Royal, à Montréal, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, Gens du pays symbolise parfaitement la montée du mouvement indépendantiste québécois.

1. Beau dommage - La complainte du phoque en Alaska

Beau Dommage lance en 1974 un premier disque homonyme dont la majorité des chansons vont devenir des classiques. Entre Le picbois, Harmonie du soir à Châteauguay, Le géant Beaupré, La complainte du phoque en Alaska et Ginette, nous avons choisi la Complainte parce qu’elle est devenue un symbole de notre culture. Récemment, Beau Dommage lançait le coffret Microsillons, qui regroupe en format vinyle les sept albums du groupe.








ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.