Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Être (un peu) nunuche
Par
Claudia Larochelle

Date de publication

08 juil. 2016

Genre

Chers auditeurs,

Je l’ai toujours dit, je suis à demi intelligente… Quand je confesse ça, les gens qui m’aiment me rabrouent : « Voyons, cloclo, après un baccalauréat, une maîtrise, des romans publiés, un instinct de feu, une capacité à saisir la nature humaine, à jouer la comédie, à manipuler [bon, OK, j’arrête]… tu ne peux pas être "nunuche", pas même un peu! » Ben oui. Tout ce qui concerne le rationnel, les chiffres, la logique, alléluia, rien à faire, je n’y arrive pas. 

À 16 ans, chez les bonnes sœurs, j’ai réussi mes mathématiques de justesse et je soupçonne même que c'est feu sœur Monique, la directrice du collège, qui, me trouvant très persévérante, a truffé un peu les pourcentages à mon avantage pour que je réussisse… Vous imaginez, sans elle, je serais encore en cinquième secondaire à mouiller de larmes mes cahiers Canada lignés! Les chiffres, ce n’est tellement pas mon truc que je ne pourrais pas être serveuse ou barmaid; je ne sais pas compter et remettre le change sans me tromper. Par ma faute, le resto ferait faillite. De grâce, donc, continuez à m’écouter à la radio. 

Trêve d’aveux. Je n’ai pas été étonnée de lire récemment sur le site du magazine Psychologies une étude chinoise qui révélait que, au cours des premières années de la vie, le cerveau – donc la façon de penser, de réagir, de se comporter – ne se construit pas seulement à partir des stimuli visuels et de l’ambiance familiale, mais aussi en fonction de l’environnement sonore entendu dans la maison. La manière dont le cerveau est structuré peut ainsi correspondre au style de certaines musiques écoutées. Par exemple, un cerveau « logique » et analytique se sent dans son élément avec une musique dite « intellectuelle ».

Écoutez la webradio Bach :

Bach

Les grandes oeuvres du compositeur allemand.

C’est pourquoi beaucoup de mathématiciens adorent Bach. Un cerveau « intuitif » ou « émotionnel » est plutôt touché par des musiques romantiques. Voilà. Ceci explique cela. On m’a élevée aux mélancoliques ou aux dramatiques compositeurs. En classique comme en rock d’ailleurs. Je ne me sens bien qu’avec la formation The National ou le piano d’Erik Satie dans les oreilles. Peut-être que si, enfant, on m’avait endormie avec Bach, je serais devenue rat de laboratoire ou médecin?

Écoutez l'album Satie variations de l'ensemble Cordâme.

Alexandra Tharaud interprète Avant-dernières pensées d'Érik Satie :

Avant-dernières pensées

L’étude ne dit pas si à force d’écouter Bach justement, la structure cervicale pourrait se modifier un peu, créant chez moi un équilibre salutaire entre l’hémisphère gauche niaiseux et le droit plus performant de ma tête. Je vais tenter le coup, en absorber exagérément pendant plusieurs semaines et vous en reparler entre deux exercices d’algèbre.

Bel été en perspective, non? Par chance, vous êtes là, à écouter mon langage sentimental, parce qu’en attendant comme le Messie l’arrivée de cet esprit logique tant espéré, il y a comme un gros coeur, qui occupe toute la place dans ma tête. Pardonnez mon sentimentalisme, je suis (un peu) nunuche. Et par chance, il y a Bach.

Bises,

Claudia

Voici les livres dont Claudia a discuté cette semaine :

Conventum de Pascal Girard 

Les variations Goldberg de Nancy Huston

Joignez Claudia Larochelle dans le Club de lecture de LIRE.

 

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.