Chargement en cours

avec   ·   par
avec   ·   par
En chargement...
Erreur de chargement.
Classiques revisités : Royal Wood interprète We'll Sing In The Sunshine
Par
Tony Tremblay

Date de publication

21 déc. 2015

Royal Wood interprète We'll Sing in the Sunshine

En 1964, le succès de la rafraîchissante chanson de folk contemporain We’ll Sing in the Sunshine de Gale Zoë Garnett, traduisait une préoccupation récurrente de la musique populaire de l’époque : l’espoir d’un temps meilleur où le bonheur et la paix abonderaient enfin. La chanson véhicule en effet un message très fort, bien en avance sur son temps : le récit hors de l’ordinaire d’une jeune femme à l’esprit libre offrant la séduisante promesse d’une histoire d’amour échelonnée sur toute une année, sans aucune condition. Cela s’avéra une formule gagnante.


Garnett a écrit cette chanson à succès à 14 ans pour le chanteur folk Hoyt Axton, qui l’a enregistrée en janvier 1963. L’année suivante, RCA Victor demande à Garnett d’enregistrer son propre 45 tours avec sa douce voix d’alto, proposant, en face B, le morceau intitulé Prism Song. Les stations de radio de la côte ouest ainsi que de l’Ohio en ont fait la promotion en premier, pendant que le magazine Billboard en faisait aussi la critique, qualifiant la chanson de « ballade pop-folk sentimentale, courageuse et sincère ». Mais c’est l’animateur Jim Lange de San Francisco qui a mis de l’avant la chanson en premier. Les auditeurs aimaient la désinvolture de la chanson et son style swing blues au tempo modéré.

Malgré le fait qu’une jeune artiste canadienne se mesurait ainsi aux stars bien établies de la pop américaine et britannique (ou peut-être même en raison de cela), We’ll Sing in the Sunshine connu un succès immédiat. Au Canada, la chanson a fait son entrée au palmarès RPM’s Top 40 Singles le 8 septembre 1964, atteignant la deuxième position le 19 octobre, et a ensuite passé quelques semaines au palmarès RPM’s Top 10 Adult Contemporary. En septembre 1964, la chanson a atteint également la dixième position au palmarès de la station canadienne CHUM.

Aux États-Unis, We’ll Sing in the Sunshine a dominé le palmarès Adulte contemporain du magazine Billboard, y tenant la première position du 26 septembre au 31 octobre 1964, et s’est également emparé du numéro 1 du Top 100 de Cashbox, dépassant les chansons de Frank Sinatra et de Barbra Streisand. La chanson s’est aussi trouvée au palmarès Top 100 de Billboard pendant 17 semaines, où elle s’est rendue jusqu’au numéro 4, et également sur le palmarès Country, jusqu’au numéro 43. En Nouvelle-Zélande, pays de naissance de Garnett, la chanson a atteint le numéro 1 en novembre 1964.

ICI votre chanson

Remplissez ce formulaire pour voter et avoir la chance de gagner un prix de participation!
Prénom
Nom
Âge
Adresse de courriel
Ville
Province
Je désire que mes informations soient conservées pour mes participations ultérieures.

Vous devez remplir tous les champs

Désolé, votre vote n'a pas été enregistré. SVP, essayez de nouveau.